Christian De Valkeneer, procureur général de Liège : "Je crains que ce seront les cafetiers et les restaurateurs qui seront les dindons de la farce"

Le procureur général de Liège Christian De Valkeneer quitte cette fonction pour devenir le nouveau président du tribunal de première instance de Namur-Dinant. Des cafetiers annoncent qu’ils rouvriront leurs établissements le 1er mai, alors qu’ils ne seront autorisés à rouvrir leurs terrasses qu’une semaine plus tard. Le bourgmestre de Liège Willy Demeyer a déclaré qu’il n’avait pas assez de policiers pour empêcher une ouverture prématurée des cafés.

Interrogé sur la Première, Christian De Valkeneer rappelle qu’il "appartient à la police de constater les infractions Covid et aux autorités judiciaires d’engager des poursuites et de proposer des transactions. Chacun doit rester dans ses compétences : le bourgmestre c’est l’ordre public, l’autorité judiciaire c’est la recherche, la constatation et la poursuite des infractions. C’est un vieux principe de Montesquieu, qui doit peut-être se retourner dans sa tombe en entendant ce qu’il entend. Je comprends les bourgmestres qui sont certainement confrontés à des pressions que le monde judiciaire ne connaît pas. Les cafetiers et les restaurateurs ne viennent pas me voir tous les jours. Monsieur Demeyer est un excellent bourgmestre et il essaie peut-être de répondre à un certain nombre d’attentes. Je comprends aussi le désespoir des cafetiers de ne pas pouvoir ouvrir, mais il y a aussi des règles et on vit dans un Etat de droit, ces règles ont été adoptées démocratiquement, et il appartient à la Justice de les faire respecter. Je crains que ce seront les cafetiers et les restaurateurs qui seront les dindons de la farce dans cette affaire puisque ce sont eux qui seront sanctionnés. S’il fait très beau le 1er mai et qu’il y a 400 personnes place du Marché et qu’il faut les évacuer, on ne va pas envoyer des autopompes et des cavaliers !"

Il n’y a pas de désir de 'se faire un politique'

Au cours de sa carrière, Christian De Valkeneer a été à l’avant-poste à Charleroi lors de l’affaire de la Carolorégienne et puis à Liège dans l’affaire Publifin-Nethys. "La Justice fait son métier, elle ne cherche pas les dossiers politico-financiers, elle n’a pas de compte à régler avec le monde politique. J’ai beaucoup de respect pour le monde politique. Il n’y a pas de désir de 'se faire un politique', mais quelque part la Justice fait son boulot parce que d’autres institutions n’ont pas entièrement fait leur boulot, me semble-t-il. Dans ces dossiers sur Charleroi et sur Liège il y a peut-être un point commun : c’est le fait que les organes et les procédures de contrôle normales pour toutes ces institutions publiques n’ont pas joué correctement. S’il y avait eu davantage de contrôles, peut-être que la Justice n’aurait pas dû s’occuper de ces dossiers. Il faut éviter que des institutions publiques deviennent, à un moment donné, non contrôlées. Lorsqu’il y a concentration de pouvoirs, les modes normaux de contrôle du pouvoir ne s’exercent plus".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK