Cherche kot désespérément: une alternative sociale

Cherche kot désespérément: une alternative sociale
Cherche kot désespérément: une alternative sociale - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

Une agence immobilière sociale pour les étudiants, c'est le projet développé par la région bruxelloise. Le but est de pouvoir proposer aux étudiants des kots à des prix abordables.

Renaud est étudiant en troisième année de baccalauréat à l'ULB. Et cela fait trois ans qu'il ne trouve rien correspondant à son budget. En effet, le prix moyen d'un kot à Bruxelles s'élève à près 450 euros. Les prix trop élevés sont un énorme frein pour les jeunes mais ce n'est pas le seul. Certains kots sont loués dans des états d'insalubrité.

Alors pour pallier les difficultés des étudiants à trouver un kot, la Région bruxelloise a dégainé un plan logement. Dans celui-ci, se trouve la création de l'agence immobilière sociale pour les étudiants. L'idée est de proposer des kots entre 140 et 280 euros maximum sans les charges. En résumé, l'agence loue un bien au propriétaire et le sous-loue ensuite à l'étudiant. Étudiant qui doit répondre à un certains nombre de critères comme avoir moins de 35 ans et ne pas occuper le kot pendant plus de 9 ans. Mais l'agence va également tenir compte du revenu de l'étudiant ou des parents.

Pour le moment, l'agence immobilière sociale pour les étudiants démarche des propriétaires. Ils seront amenés à toucher moins d'argent mais ils reçoivent des contreparties notamment de ne jamais avoir de vide locatif ou encore de ne pas devoir se charger de l'entretien du bien. Reste à voir si l'idée séduit.

La capitale compte plus de 90 000 étudiants. Et pourtant, Bruxelles a pris beaucoup de retard dans ce domaine et tente comme elle peut de le rattraper aujourd'hui. "La Région a pris en charge cette thématique il y a un an avec 10 mesures fortes dont la création de l'agence sociale étudiante mais aussi la mise en place d'un label étudiant, c'est-à-dire que le logement devra correspondre à toute une série de conditions en matière de sécurité et de salubrité." dit la ministre bruxelloise en charge du Logement, Céline Frémault (cdH).

Question budget, la Région bruxelloise investit 250 000 euros dans cette nouvelle alternative au logement étudiant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK