Chassée par la porte, la N-VA reviendra-t-elle par la fenêtre?

Le divorce est-il vraiment consommé entre le MR et la N-VA?
Le divorce est-il vraiment consommé entre le MR et la N-VA? - © THIERRY ROGE - BELGAIMAGE

Le Premier ministre va donc poursuivre ses consultations. "Les consultations que mène le Premier ministre Charles Michel, désormais à la tête d'un gouvernement minoritaire, dans le cadre d'un dialogue avec les groupes parlementaires, pourraient se poursuivre pendant plusieurs jours", a indiqué le chef de groupe MR à la Chambre David Clarinval.  "Le Premier ministre va consulter dans un premier tour jusqu'à demain et ensuite on imagine mal qu'il n'y ait pas un second tour où chacun pourra réagir aux propos des autres. Donc cela va sans doute durer quelques jours", a encore fait savoir le chef de groupe MR.

Pressions politiques

De quoi gagner un peu de temps face à une pression grandissante. De partout fusent en effet les invitations au Premier ministre - désormais à la tête d'un gouvernement minoritaire -  à demander la confiance au Parlement. Même les services juridiques de la Chambre s'en mêlent. Consultés, ils ont estimé que la pratique constitutionnelle voudrait qu'avec cette nouvelle équipe Charles Michel fasse une déclaration gouvernementale, suivie d'un débat et d'un vote de confiance.

Sauf que dans les rangs du MR, ce vote de confiance n'emballe pas grand monde. "Pour nous, ce n'est pas à l'ordre du jour", a indiqué David Clarinval. Depuis quelques jours, les troupes réformistes répètent à l'envie que ce n'est pas nécessaire, que ce gouvernement orange-bleue va en réalité poursuivre le travail de la coalition suédoise.

A bonne source bleue, on indique en tout cas qu'on préfèrerai dans la mesure du possible éviter un exercice à l'issue plus qu'incertaine. En tout cas dans un premier temps. "Ce n'est pas le moment, aujourd'hui, peut-être dans les jours qui viennent, viendront ce genre de choses, aujourd'hui, on est dans une phase préliminaire", a coupé court David Clarinval.

Le souffle de la N-VA

Car avant de se risquer à l'exercice du vote de confiance, le Premier ministre veut s'assurer qu'il avance en terrain si pas complètement déminé au moins bien dégagé. car la N-VA continue à souffler le chaud et le froid.

Officiellement,  les nationalistes flamands qualifient la "coalition Marrakech" (MR-Open-VLD et CD&V) d'anti-démocratique, de gouvernement minoritaire qui doit par la force des choses publier une nouvelle feuille de route et demander la confiance des députés. Bref, la N-VA met la pression. "Mais", nous explique, un ex-ministre N-VA, "cela ne veut pas dire que nous cherchons pour autant à faire tomber ce gouvernement. Cela dépendra du contenu d'un éventuel nouveau programme, en matière socio-économique ou encore de migration.... Nous nous gardons la possibilité de soutenir le nouveau gouvernement de l'extérieur quand nous estimerons que cela se justifie".

"Du cirque, du show !" s'insurge-t-on dans le groupe socialiste. "En réalité, le Premier ministre balade le Parlement et l'opposition. Il n'a aucune intention de modifier sa politique, de prendre en considérations certains propositions venues de l'opposition. Il cherche simplement à gagner du temps et à conserver l'axe désormais souterrain MR-N-VA, d'ailleurs le MR refuse de dénigrer publiquement la N-VA. Il en a encore besoin, notamment pour le vote du budget. Il ne reste plus qu'une séance plénière avant la fin de l'année. Et vous verrez ils feront voter le budget avec l'aide de la N-VA...."

En attendant de voir si la prophétie se réalise, reste quand même une inconnue de taille dans l'équation: quels gages alors pour s'assurer le soutient des nationalistes flamands ? "Il y en a plusieurs possibles", nous confie-t-on dans plusieurs groupe parlementaires. "De la promesse d'adopter une liste d'articles de la constitutions à réviser à celle de renouer dans le futur avec un gouvernement MR-N-VA-2, mais une fois la poussière autour du Pacte onusien sur les migrations retombée".  Après le 19 décembre donc, date à laquelle il sera définitivement voté à New-York.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK