Charlie Hebdo: la Belgique aidera la France dans la traque des assaillants

Le Premier ministre Charles Michel a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple français.
Le Premier ministre Charles Michel a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple français. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le gouvernement a annoncé que "la Belgique apportera aux autorités françaises compétentes la collaboration des services belges dans la traque et l’arrestation des auteurs" de l'attentat qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo. Dans le même temps, les Affaires étrangères ont adapté leur avis de voyage pour la France.

"Face à cet acte de barbarie où des femmes et des hommes ont été lâchement assassinés, le Premier ministre a présenté au Président de la République française François Hollande au nom du Gouvernement belge ses sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple français", indique un communiqué conjointement signé par le Premier ministre Charles Michel, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon et le ministre de la Justice Koen Geens.

"La Belgique apportera aux autorités françaises compétentes la collaboration des services belges dans la traque et l’arrestation des auteurs, poursuit le communiqué. La liberté d’expression ainsi que la liberté de la presse doivent être garanties dans notre État de droit démocratique. Nous ne pouvons pas tolérer cette attaque brutale contre les libertés constitutionnelles. Le Gouvernement belge condamne fortement cette atrocité."

Niveau de menace n'est pas relevé en Belgique

Le niveau de menace en Belgique n'a par ailleurs pas été relevé à la suite de cet attentat, a-t-on appris mercredi à l'issue de la réunion du Collège de renseignement et de sécurité convoqué par Charles Michel. "Des surveillances renforcées" ont cependant été décidées "à l’égard d’une série d’institutions et d’intérêts spécifiques".

Le Collège de renseignement et de sécurité réunit les services en charge de la sécurité en Belgique et les représentants des cabinets ministériels compétents dans cette matière.

"Nous maintenons le niveau de menace à 2 (sur une échelle de 4, ndlr) mais une vigilance accrue sera de mise dans cerains endroits stratégiques. Nous faisons cela par mesure de précaution et non en raison d'indications (de menace) concrètes", a-t-on indiqué dans l'entourage du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, sans donner de précision sur les lieux concernés.

Les autorités françaises ont commencé la traque des auteurs de l'attentat. "Nos services sont naturellement en contact avec leurs homologues français et se concertent avec eux", a-t-on ajouté.

Adaptation de l'avis de voyage pour la France

Les Affaires étrangères ont adapté leurs conseils aux voyageurs qui se rendent en France, rapporte par ailleurs le SPF. De manière générale, "il n'y a pas de risque sécuritaire particulier lié à un séjour en France", peut-on cependant toujours lire dans l'avis.

Le niveau "alerte attentat" déclaré pour l'ensemble de la région parisienne "entraîne un renforcement des contrôles et de la surveillance des sites sensibles. Des restrictions de la circulation - y compris des transports publics - ou du stationnement peuvent être décrétées", explique le SPF dans son avis publié sur diplomatie.belgium.be.

La France reste toutefois une destination sûre. "En France, les touristes ne sont pas visés par la criminalité, mais il est quand même conseillé d'être attentif aux pickpockets et aux vols dans les voitures stationnées", indiquent les Affaires étrangères.

RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK