Charles Picqué déplore les manipulations des cartes de Belgique

Lors de la mission économique princière au Japon, la Région flamande avait, une nouvelle fois, distribué des documents reprenant une carte de la Flandre intégrant Bruxelles.

Interrogé par Véronique Fievet, le président du gouvernement bruxellois Charles Picqué s’est déclaré irrité: "Il est intellectuellement malhonnête de faire croire que nous n’avons pas de troisième Région. Je ne suis pas anti -amand. Je ne suis pas habitant de la Flandre, je suis habitant d’une région bilingue qui est Bruxelles".

Pour Charles Picqué, ces irritations font partie des relations difficiles que Bruxelles entretient avec une certaine Flandre politique, pas avec tous les Flamands. "On peut très bien se promouvoir en faisant référence à l’autre et pas en niant l’autre".

Quelques jours auparavant, le sénateur Armand De Decker (MR), qui représentait l'Etat fédéral lors de la mission au Japon, avait constaté qu’une " telle carte nie la géographie, car 3,5 kms séparent les communes bruxelloise d'Uccle et wallonne de Waterloo alors que Bruxelles est représentée plus haut en Flandre. C'est aussi nier la politique car la Région bruxelloise n'est même pas délimitée alors qu'elle exerce même plus de compétences que les autres Régions ".

Interrogée sur ce différend, la ministre flamande de la Recherche scientifique, Ingrid Lieten (sp.a), avait précisé que le document était produit par la FIT (Flanders Export and Trade). La FIT qui, par la voix de sa directrice Claire Tillekaerts avait souligné que le document datait de 2008, en ajoutant, exaspérée : "Bruxelles est quand même toujours la capitale de la Flandre, non?".

Avec Véronique Fievet et Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK