Charles Michel sur Trump: "Il y a parfois une différence entre la réalité et la perception"

Charles Michel sur Trump: "Il y a parfois une différence entre la réalité et la perception"
Charles Michel sur Trump: "Il y a parfois une différence entre la réalité et la perception" - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Les alliés vont rencontrer ce jeudi les dirigeants des pays partenaires, comme l’Ukraine, la Géorgie ou l’Afghanistan.

Mercredi, il a été question des relations compliquées avec la Russie. Et bien entendu, il a été question de gros sous. A la demande du président américain, les dirigeants des pays de l'Otan ont répété leur engagement à consacrer au moins 2% de leur PIB à la défense. Pour la Belgique, cela représenterait plus qu’un doublement du budget de la Défense.  
 
Mais pour notre Premier ministre, la communication très rude du président américain ne reflète pas l'atmosphère autour de la table de discussion : "Il y a parfois une différence entre la réalité et la substance ; et puis la perception, la communication. Il y a une détermination à être unis, à être solidaires parce que l'on partage des valeurs communes. Et quelles sont les faits ? On observe, qu'à la fois, les Etats-Unis, quelques soient les messages, les communications depuis le président Trump, déploient davantage de moyens pour la sécurité en Europe. Ce sont des faits objectifs, incontestables. Et dans le même temps, les alliés européens ont renoué avec une stratégie de croissance de leurs dépenses militaires ; et l'enjeu, ce n'est pas un enjeu simplement de rencontres de quelques leaders, chefs d'Etat et de gouvernement. L'enjeu, c'est comment garantir que, comme cela a été le cas depuis 70 ans, les centaines de millions de concitoyens puissent vivre dans un environnement plus sûr, plus sécurisé, plus stable"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK