Charles Michel sur le visa à la famille syrienne: le gouvernement utilisera tous les recours possibles

Le Premier ministre Charles Michel (MR) était l'invité de l'émission A Votre Avis ce dimanche. L'accent a été mis sur la vive polémique déclenchée par le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations Théo Francken (N-VA) sur la question du visa demandée par la famille syrienne cherchant à fuir Alep. 

Charles Michel a expliqué que le gouvernement utiliserait tous les recours qui sont à sa disposition pour ne pas verser les astreintes qui sont demandées. "Avant de devoir payer des astreintes, tout justiciable a encore des moyens juridiques. Par exemple devant le juge des saisies, où des plaidoyers peuvent encore être faits", a expliqué le Premier ministre, qui a également ajouté que toutes les pistes seraient explorées, comme celle "du blocage de ces sommes afin que cet argent ne soit pas perdu".

"Nous respecterons les procédures. J'ai le plus grand respect pour l'institution judiciaire", a rappelé Charles Michel dont le gouvernement n'entend pas "ouvrir la porte à des visas humanitaires partout dans le monde, permettant l'introduction d'une demande d'asile en Belgique, même quand il n'y a pas de lien avec la Belgique".

Prise de distance avec les propos de la N-VA

En revanche, sur la forme de la polémique, le Premier ministre dit prendre ses "distances, totalement, avec des propos qui ont été exprimés" à travers la campagne de la N-VA s'en prenant aux juges "déconnectés".

"Il y a une différence entre la forme et le fond. Sur le fond, les quatre partis du gouvernement sont unis", a dit le Premier ministre qui a ensuite nuancé: "Sur la forme, chaque parti développe ses propres stratégies de communication"."Il faut rester un peu sérieux, ce n'est pas une campagne sur Twitter qui démantèle le pouvoir judiciaire pour lequel j'ai le plus grand respect", a-t-il également précisé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK