Charles Michel sur le Brexit: "Le risque de 'no deal' est réel et nous accélérons les préparatifs"

Charles Michel sur le Brexit: "On se prépare à l'hypothèse du no deal"
Charles Michel sur le Brexit: "On se prépare à l'hypothèse du no deal" - © Tous droits réservés

A son arrivée au Conseil européen, puis en conférence de presse ensuite, Charles Michel n'y est pas allé par quatre chemins. Il est très pessimiste quant à l'issue de l'accord sue le Brexit: "Très objectivement, les signaux que nous avons entendus hier ne sont pas spécialement rassurants sur la capacité de la Grande-Bretagne de pouvoir honorer l'engagement qui a été conclu", a-t-il déclaré à son arrivée ce matin au Conseil. A l'issue de sa réunion avec les autres chefs d'état européens, il confirmait son point de vue: Je vous le dis franchement – même si je suis totalement en faveur de cet accord de retrait – j'ai l’impression que le risque d’un "no deal" est réel et cela nous amène à non seulement nous préparer mais aussi accélérer les préparations". Il a réaffirmé sa préférence "claire" en faveur d'un retrait ordonné, "dans l’intérêt de citoyens, des entreprises, et des investissements", mais selon lui "il faut être responsable et se préparer à ce no deal".

Agacement général

"La pression n'est pas chez nous, la pression est du côté de la Grande-Bretagne", a pour sa part déclaré le président roumain, Klaus Iohannis. "Le Royaume-Uni doit accepter les lignes rouges de l'UE", a résumé le chancelier autrichien Sebastian Kurz, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union. "Elle a tellement exaspéré ses collègues qu'elle est sortie avec moins que ce qu'elle aurait pu avoir", a confié à l'AFP une source européenne proche des négociations. Le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a, lui, tenté de calmer les esprits, prenant la défense de Mme May, tout en lui suggérant d'organiser une nouvelle consultation. "Un second référendum serait une opportunité mais ce n'est pas à moi de décider", a-t-il dit alors que Mme May y est totalement opposée.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK