Charles Michel sur la migration: "Derrière les chiffres et les statistiques, il y a une réalité humaine"

En séance plénière à la Chambre, de nombreux députés ont interpellé le Premier ministre sur les propos récemment tenus par son secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration. Charles Michel est intervenu une première fois devant l'assemblée, mais n'a pourtant pas répondu à la question posée par Ahmed Laaouej (PS): Theo Francken a-t-il, oui ou non, encore sa place dans ce gouvernement ?

Le Premier ministre s'est malgré tout exprimé au sujet de la politique migratoire de son gouvernement. Une politique souvent remise en question par l'opposition. Charles Michel admet que l'Europe est confronté à un enjeu complexe qui appelle les pays de l'Union européenne à prendre leurs responsabilités. "Nous allons continuer à assumer afin de rendre possible des compromis et des décisions en matière de migration et défendre nos points de vue."

Je n'ai entendu personne dans l'opposition donner une alternative

Le chef du gouvernement a aussi rappelé l'importance du respect de l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'Homme qui est "un principe sacré". Les réglementations internationales sont et seront respectées par la Belgique, affirme-t-il. "Nous allons aussi soutenir les efforts pour qu'il y ait davantage d'harmonisation européenne dans la mise en oeuvre de ces conventions", a promis Charles Michel.

Enfin, le Premier ministre a conclu sur une déclaration qui lui a valu les applaudissements d'une partie des députés présents à la Chambre ce jeudi. "Derrière les chiffres et les statistiques, il y a une réalité humaine, des femmes, des hommes et des enfants. Je n'ai entendu personne dans l'opposition donner une alternative à la démarche que nous préconisons et mettons en oeuvre."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK