Charles Michel sur la liste bruxelloise du MR? L'avis de deux politologues

Charles Michel figurera-t-il sur la liste bruxelloise du MR pour la Chambre en 2019? En 2014, 34.101 personnes ont voté pour Charles Michel dans la circonscription du Brabant wallon, tandis que Didier Reynders a rassemblé 54.475 voix dans celle de Bruxelles-capitale à la Chambre. Le MR obtenait 4 sièges à Bruxelles (-1 par rapport à 2010) et 3 sièges dans le Brabant wallon (+1 par rapport à 2010).

Pascal Delwit, professeur de sciences politiques à l'ULB, voit trois "désavantages potentiels" à une présence de Charles Michel sur la liste bruxelloise du MR: "Le premier est d'éventuellement déforcer la force de frappe du MR dans le Brabant wallon, la circonscription de Charles Michel et, ce faisant, risquer de perdre un des trois sièges de la circonscription du Brabant wallon. Le deuxième, pour Charles Michel, est d'éventuellement faire moins bien que Didier Reynders en 2014. Ce serait quand même très embêtant politiquement d'avoir éventuellement moins de sièges et moins de voix de préférence que Didier Reynders. Et enfin, il y a un troisième inconvénient, que je qualifierais de 'symbolique': s'il va à Bruxelles, cela éloignerait encore un peu plus le MR d'une partie de la population wallonne, qui estime qu'elle est mal représentée dans un gouvernement fédéral qui est considéré comme très néerlandophone".

Une stratégie interne et externe?

Charles Michel est une figure du Brabant wallon. Il est élu depuis 1994 dans cette circonscription, d'abord à la Province puis à la Chambre et il est toujours bourgmestre en titre de Wavre. Et officiellement, c'est le vice-Premier ministre, Didier Reynders, qui devrait occuper la tête de liste aux élections fédérales à Bruxelles. Le choix de Bruxelles pourrait être tactique, selon Pierre Verjans, politologue à l'ULiège: "C'est une région symbolique. Si le MR a une locomotive, dans le cas de Charles Michel, il pourrait peut-être faire le poids face à la montée potentielle de DéFi aux prochaines élections et face à la montée dans les sondages de la N-VA et spécifiquement de Theo Francken qui pourrait aussi être candidat à Bruxelles".

Et il se peut que cette stratégie vise aussi directement Didier Reynders, poursuit Pierre Verjans: "C'est aussi peut-être une manière, de la part de l'équipe de Charles Michel, de tester la résistance de cet ancien challenger de Charles Michel. Peut-être que Charles Michel va être poussé à la Région".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK