Charles Michel se rend lundi à Paris pour parler de lutte contre le terrorisme

Les deux chefs d'État lors d'une rencontre en octobre 2017.
Les deux chefs d'État lors d'une rencontre en octobre 2017. - © POOL AFP/ EMMANUEL DUNAND - BELGA

Le Premier ministre Charles Michel et ses ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, se rendent lundi à Paris pour une rencontre avec leurs homologues français, dans un format désormais appelé "Val Duchesse" du nom de la première réunion de ce type, ont indiqué dimanche les services des deux chefs de gouvernement.

Cette visite de Charles Michel (MR) et de ses ministres (N-VA et CD&V) s'inscrit dans le respect des engagements formulés lors de la précédente rencontre des chefs de gouvernement à Bruxelles le 16 octobre dernier. Les deux Premiers ministres avaient alors décidé d'approfondir la coopération bilatérale en matière de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme engagée en février 2016 à la suite des attentats qui ont touché la France (le 13 novembre 2015) et Bruxelles (le 22 mars 2016), faisant des centaines de morts et revendiqués par le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Depuis lors, les gouvernements, les autorités judiciaires - également au plus niveau - et les services de renseignement ont établi une coopération "sans précédent" qui s'étend à la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme, a-t-on indiqué de source gouvernementale belge.

La Belgique en deuxième position

Selon l'Office européen de coopération policière Europol, la Belgique est le deuxième pays à échanger le plus d'informations avec les pays de l'Union européenne, après l'Allemagne.

La France et la Belgique ont aussi créé des équipes conjointes d'enquête sur les attentats qui les ont frappées toutes les deux, selon l'entourage de Charles Michel.

Les deux Premiers ministres, Charles Michel et Edouard Philippe, doivent aussi discuter lundi, lors de leur rencontre au nouveau Palais de Justice de Paris, dans le 17e arrondissement, de la question des migrations et du budget européen pour la période 2021-2027.

Officiellement la "proposition française" construite autour du chasseur-bombardier Rafale - que Paris présente en dehors de l'appel d'offres officiel lancé par le ministère belge de la Défense pour trouver un successeur aux avions de combat F-16 vieillissants - ne figure pas à l'agenda des discussions, a-t-on assuré de bonne source.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK