Charles Michel a rencontré le Roi, découvrez le casting probable du nouveau gouvernement

Peu avant midi, le Premier quittait le 16 pour se rendre chez le Roi.
2 images
Peu avant midi, le Premier quittait le 16 pour se rendre chez le Roi. - © Tous droits réservés

Le Premier ministre, Charles Michel, est arrivé à midi au Palais royal pour être reçu par le chef de l'État. Il devait faire rapport de la situation politique et lui proposer la composition de la nouvelle équipe gouvernementale. Charles Michel a quitté le palais 45 minutes plus tard, sans faire de déclaration. Il est ensuite retourné au 16 rue de la loi.

Par communiqué, le palais a indiqué que le Roi a accepté la démission des ministres et secrétaires d'Etat N-VA et a nommé les secrétaires d'Etat Philippe De Backer (Open-VLD) et Pieter De Crem (CD&V) comme ministres.

Les trois partis restant dans la majorité sont occupés à se partager les ministères détenus jusqu'ici par la N-VA. Selon nos informations, Didier Reynders (MR) devient ministre de la défense en plus de son portefeuille de ministre des affaires étrangères. Pieter De Crem (CD&V) devient ministre de l'intérieur à la place de Jan Jambon. Aux Finances, c'est Alexander De Croo (Open VLD) qui remplace Johan Van Overtveldt. Il garde la coopération au développement mais Philippe De Backer (Open VLD), qui est promu ministre, récupère les compétences de l'agenda numérique, des télécommunications et de la poste des mains d'Alexandre De Croo. La ministre de la santé, Maggie De Block (Open VLD), hérite, elle, du portefeuille de la migration des mains de Théo Francken. Enfin, le Ministre de l’Emploi, de l’Economie et des Consommateurs, Kris Peeters, récupère les compétences de Zuhal Demir, ex-secrétaire d'Etat à l'Égalité des chances. La présentation officielle devrait avoir lieu à l'issue du conseil des ministres prévu à 15h.

"Nous allons voir comment nous pourrons travailler avec le parlement" a déclaré Didier Reynders, désormais membre d'un gouvernement minoritaire, dans les deux rôles linguistiques. "Nous avons déjà pu obtenir un large soutien parlementaire aux deux tiers, avec une majorité linguistique dans les deux rôles. Il y a d'autres défis, le climat, le pouvoir d'achat, et le Brexit, ce sera aussi le choix de l'opposition" a-t-il ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK