Pas d'accord au fédéral: Charles Michel reporte sa déclaration de politique générale

Charles Michel reporte sa déclaration de politique générale
Charles Michel reporte sa déclaration de politique générale - © DIRK WAEM - BELGA

Coup de tonnerre à la rue de la Loi. Du genre qui va laisser des traces. Le Premier ministre Charles Michel a décidé de reporter sa déclaration de politique générale après l'échec des négociations concernant le "paquet budget 2016-2017+réformes structurelles".

Les principaux ministres du gouvernement fédéral ont passé l'essentiel de la journée ensemble au Lambermont. L'essentiel, car peu avant 20h, le vice-premier CD&V Kris Peeters s'est absenté ... pour ne plus jamais revenir.

Les chrétiens-démocrates flamands veulent absolument que le gouvernement s'entende sur une mesure importante à leurs yeux : la taxation des plus-values. Une mesure de "fiscalité équitable" pour le CD&V. Si le MR est ouvert sur le principe (Didier Reynders l'a d'ailleurs rappelé cette nuit), l'Open VLD et la N-VA ne veulent pas en entendre parler. Mais Kris Peeters a été très clair plus tôt dans la journée : "C'est un problème plus grand que le gouvernement". En tout cas, c'est un problème suffisant pour reporter le discours de politique général, une première pour Charles Michel.

Agenda, SMS et Diables rouges

Le ministre de l'Emploi a annoncé s'absenter une demi-heure, peu avant 20h, pour consulter les hautes instances de son parti. Mais finalement, Kris Peeters n'est donc jamais revenu. Il y a bien eu des contacts, des courriels, des coups de fil, des sms échangés. Mais la chaise du ministre CD&V est restée vide. "Une situation bizarre" selon le N-VA Jan Jambon. Le chef de file des libéraux flamands Alexandre de Croo était dépité : "Ce n'est pas comme ça qu'on travaille. On est d'accord de discuter de tout, mais il faut être présent à la table, et ne pas envoyer de SMS pour dire qu'on ne viendra plus." Didier Reynders a répété que selon lui, "le budget était bouclé". Mais qu'on ne pouvait pas se rendre à la Chambre "sans que tous les accords soient écrits". Le libéral a rappelé que le report d'un discours de politique général n'était pas rare, que le gouvernement Di Rupo en a également fait usage.

Cependant, Didier Reynders a regretté "les longues heures perdues à attendre", alors que le roi Philippe est parti au Japon sans le ministre des Affaires étrangères. Didier Reynders a, néanmoins, apprécié d'avoir pu regarder le match de football et les 6 buts des Diables rouges contre Gibraltar. "Et même la N-VA a apprécié le spectacle" a-t-il confié à la sortie des négociations. On notera qu'aucun ministre n'a voulu parler de "crise". Mais il était difficile de ne pas sentir un réel parfum de crise de confiance, à tout le moins, entre le CD&V et ses partenaires suédois.

Et maintenant? Charles Michel a la main

Quid de la suite ? Le CD&V a annoncé peu avant minuit qu'il se montrait disposé à reprendre les discussions à partir de 9h, ce mardi matin. Mais c'est le Premier ministre qui a la main sur l'agenda. Les discussions reprendront bien ce mardi, mais certainement plus tard dans la journée.

Comme nous l'évoquions ce lundi matin, la limite pour aboutir à un accord sur le budget, ce n'est pas ce mardi, mais bien le 15 octobre, et la remise du budget à l'Europe. Allez, plus que quelques jours pour un accord et le discours qui l'accompagne.

La dernière fois qu’un gouvernement avait dû reporter son discours de rentrée, c’était en 2013. L’accord sur le budget n'avait alors été acquis que le 20 novembre. Comme en atteste ce tweet du Premier ministre de l'époque.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK