Charles Michel nommé président du Conseil européen: quelles conséquences en Belgique?

Charles Michel nommé président du Conseil européen: quelles conséquences en Belgique?
Charles Michel nommé président du Conseil européen: quelles conséquences en Belgique? - © BRUNO FAHY - BELGA

Charles Michel prendra officiellement en charge la fonction de président du Conseil européen le 1er décembre. Et cette désignation aura des conséquences aussi sur la scène politique belge. 


►►► A lire aussi: Charles Michel président du Conseil européen : "La diversité ne doit pas être une fragilité, mais une force"


La première interrogation est : y aura-t-il ou pas un nouveau gouvernement fédéral avant  le 1er décembre? Si c'était le cas, même si jusqu'à présent, personne n'y croit, le départ du Premier ministre ne posera bien sûr pas de problème. En revanche, si c'est toujours le gouvernement en affaires courantes qui est au pouvoir, il faudra alors trouver un remplaçant à Charles Michel. Le nom pressenti est Didier Reynders. Un paradoxe pour lui qui a raté la semaine dernière son élection au poste de secrétaire général du Conseil de l'Europe.

Le départ de Charles Michel entraînera aussi du changement au MR. Depuis 2011, il est le patron du parti. Un pouvoir encore renforcé suite à son accession au poste de Premier ministre. Il faudra donc le remplacer. Des noms circulent déjà: Willy Borsus, Sophie Wilmès, Jean-Luc Crucke...

La tâche du nouveau président ne sera pas simple: le parti vient de connaître un mauvais résultat électoral et il devra rassembler, notamment, les camps Michel et Reynders. Mais vu la configuration, le MR sera encore au pouvoir au fédéral et il a encore de grandes chances d'y être aussi en Wallonie et en fédération Wallonie-Bruxelles. Sur cette base-là,  la pression sera beaucoup moins forte pour le nouveau président. 

L'analyse de Thomas Gadisseux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK