Charles Michel maintient son soutien à l'accord interprofessionnel

Charles Michel maintient son soutien à l'accord interprofessionnel
Charles Michel maintient son soutien à l'accord interprofessionnel - © DIRK WAEM - BELGA

Le Premier ministre a été interrogé à la Chambre au sujet des critiques émises par le ministre des Pensions à propos de l'accord interprofessionnel. Dans une lettre adressée par Daniel Bacquelaine au Premier ministre et révélée par le journal l'Echo, le ministre des pensions demande que le gouvernement ne soutienne pas cet accord conclu dans la douleur par les partenaires sociaux, dans la nuit du 25 au 26 février 2019. Daniel Bacquelaine, critique essentiellement la façon dont est distribuée l'enveloppe bien-être dans le cadre de cet accord, plus particulièrement pour la revalorisation des plus petites pensions.

Mais devant les députés à la Chambre, le Premier ministre a tenu à maintenir son soutien à l'accord interprofessionnel dans sa globalité. Cinq députés ont interpelé Charles Michel lors de la séance de questions orales ce 14 mars 2019.  

"L'encre de l'accord n'était pas encore sèche que vos partenaires de l'Open-vld l'ont déjà remis en cause", juge Frédéric Daerdenne, député socialiste. "Mais aujourd'hui, un membre de votre parti et de votre gouvernement décide de torpiller le projet d'AIP et surtout la répartition de l'enveloppe bien-être."

"Il vous glisse tout de même une fameuse peau de banane sous les pieds", ajoute la cheffe de groupe CDH, Catherine Fonck. "Daniel Bacquelaine, torpille l'accord mais il vous torpille aussi vous-même."

"Tout le monde était chaud au niveau du MR pour soutenir cet accord", constate le député PTB Raoul Hedebouw. "Mais, maintenant, monsieur Bacquelaine s'oppose au fait que l'on augmente de 2,4% les pensions minimales pour les travailleurs qui n'ont pas une carrière complète"

En réponse aux députés, Charles Michel a fait référence à sa réponse formulée à la Chambre il y a deux semaines. "Rien n'a changé à ce sujet!"

Au lendemain de la conclusion de ce pré-accord, le Premier ministre avait clairement soutenu le texte. "Cet accord est positif et représente une opportunité pour la paix sociale ainsi qu'une plus grande marge salariale pour les travailleurs. Pour les patrons comme pour les syndicats, cet accord doit être envisagé de manière globale."

Évoquant les critiques émises par Daniel Bacquelaine, Charles Michel estime qu'il s'agit "d'informations au premier ministre et ses collègues sur les conséquences des décisions des partenaires sociaux".

"Il ne s'agit pas de remettre en cause l'intégralité de l'accord interprofessionnel. Mais bien de considérer qu'il y a un point d'attention que je veux souligner ici: c'est la question de l'encouragement des carrières complètes", a clarifié le Premier Ministre.

Le projet d'accord interprofessionnel doit encore être validé par les syndicats. La FGTB Wallonne a déjà émis ses réserves quant au texte. La FGTB liégeoise a rejeté le texte aujourd'hui.

Archives : Soir Première 26/02/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK