Charles Michel et Jean-Marc Nollet dans un face-à-face tendu pour le premier épisode de « DUEL »

C’est dans un cube installé en plein cœur de Bruxelles que Charles Michel et Jean-Marc Nollet se sont fait face ce vendredi soir, à l’occasion du premier épisode de « DUEL ». Dans ce nouveau concept télévisuel inédit, les présidents du MR et d’ECOLO ont pu débattre en direct des enjeux des élections et faire le point sur la campagne.

Durant une vingtaine de minutes assez tendues, les deux hommes ont pu aborder des questions liées à l’emploi, à l’énergie, au pouvoir d’achat ou encore aux investissements dans les services publics.

En début d’émission, Jean-Marc Nollet a remis un cadeau à Charles Michel : une marionnette. Accusé par Jean-Marc Nollet d’avoir été « le pantin de la N-VA » sous cette législature et de « n’avoir pu prendre aucune décision », Charles Michel a assumé son bilan et le fait d’avoir mis « de côté pendant 5 ans les divisions communautaires qui ont fait tellement de mal à ce pays ».

« Pendant 4 ans, grâce à des réformes courageuses qui étaient nécessaires, comme le tax shift, on a créé 250.000 emplois supplémentaires, on a augmenté le salaire net des travailleurs et réduit le déficit budgétaire en le divisant par trois » a défendu le Premier ministre sortant.

La question climatique en tête

La question du dérèglement climatique a rapidement pris les devants dans ce face-à-face. Le président des verts n’a pas manqué de souligner l’incapacité de la Belgique à suivre les pays volontaristes comme la France, les Pays-Bas ou le Luxembourg. « Pourquoi alors que les Belges se mobilisaient dans les rues, pourquoi la Belgique est allée s’aligner sur les pays les plus rétrogrades en la matière ? », s’est indigné Jean-Marc Nollet.

Charles Michel a rétorqué en faisant remarquer que la Belgique était, il y a encore quelques jours aux côtés de huit autres pays européens à Sibiu, pour revoir les ambitions climatiques à la hausse. « Nous sommes par exemple l’un des meilleurs élèves en termes de taux de recyclage, ce qui représente un potentiel gigantesque en termes d’emploi dans l’économie circulaire pour les prochaines années ».

Le président MR a également pu mentionner les avancées vis-à-vis de l’éolien offshore ou encore les Green Bonds, « 5 milliards d’euros mobilisés pour verdir la finance », pour défendre les ambitions climatiques de son programme. « Nous devons changer d’échelle », lui a toutefois répliqué Jean-Marc Nollet.

Quelles mesures pour le pouvoir d’achat ?

Le pouvoir d’achat était bien évidemment aussi au cœur des discussions. Charles Michel affirme que les verts vont provoquer « un tsunami fiscal » au détriment de la classe moyenne et que selon le bureau du Plan, « les propositions d’Ecolo sont les plus mauvaises en termes d’impact négatif sur le pouvoir d’achat et sur l’emploi ».

Charles Michel s’est également exprimé vis-à-vis de mesures comme le cadastre de l’épargne ou la globalisation des revenus en avançant que le parti Ecolo « s’alignait sur le PS ou le PTB ». Concernant la réduction du temps de travail sans perte de salaires préconisée par les verts, Charles Michel affirme « qu’au MR, nous savons que quand quelqu’un promet la gratuité, quelqu’un d’autre va payer la facture ».

Il a en outre estimé que le programme socio-économique d’Ecolo était un programme « dangereux qui allait massivement appauvrir les classes moyennes ».

« Nous voulons lutter contre la fraude fiscale, les spéculateurs et les gros pollueurs » a rétorqué Jean-Marc Nollet, qualifiant le MR de « parti des millionnaires ». Il a ainsi défendu l’idée que les gros salaires « puissent contribuer d’avantage pour faire en sorte de baisser le coût du salaire et du travail. »

Quid de la transparence ?

Entre la polémique autour de la vidéo du MR accusant les Verts de vouloir taxer la viande, ce que Jean-Marc Nollet a fermement nié, ou le tract Ecolo qui a provoqué l’indignation des libéraux, les deux formations politiques ne se font pas de cadeaux ces dernières semaines et se sont régulièrement accusées de mensonges et trahisons.

« Il y a un programme à géométrie variable, vous changez les versions du programme en fonction du public. C’est un manque de transparence en termes de démocratie » a fait savoir Charles Michel vis-à-vis des positions d’Ecolo tout en se défendant d’être simplement dans l’attaque frontale.

Ce dernier a interrogé Jean-Marc Nollet en lui demandant si, oui ou non, Écolo était en faveur de la création d’une nouvelle ligne de métro à Bruxelles. Le coprésident des verts lui a répondu : « Oui au développement du métro. J’espère en tout cas que le MR ne fera pas avec le métro ce qu’il a fait avec le RER ».

Interrogé sur la possibilité de travailler ensemble à l’avenir, les deux présidents ont pu s’exprimer. « Cela dépend du projet et si Ecolo fait le choix de rester largement sur les positions du PS et du PTB ». Quant à Jean-Marc Nollet, « si le MR reste une marionnette de la N-VA, c’est non », affirme Jean-Marc Nollet.

Le programme de ce soir était le premier numéro de 6 émissions. Pendant une semaine, chaque soir, rendez-vous au cœur de Bruxelles, pour « DUEL », une émission de face-à-face en direct entre deux formations au cœur de la campagne électorale.

Revivez le premier numéro de « DUEL » en intégralité ci-dessous

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK