Charles Michel en VRP de la Belgique pour devenir membre du conseil de sécurité de l'ONU

Charles Michel relève que la Belgique est un pays de taille moyenne qui regorge de créativité et d’innovation.
Charles Michel relève que la Belgique est un pays de taille moyenne qui regorge de créativité et d’innovation. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Un restaurant belge huppé en plein cœur de Manhattan. Des gaufres et des bières servies pour des centaines d’invités triés sur le volet…. C’était une véritable opération séduction lundi soir pour la délégation belge à New York. Sa mission: s’attirer le soutien des membres de l’ONU pour la prochaine désignation des nouveaux membres non permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Alors que l’Assemblée Générale de l’ONU se tient toute cette semaine dans la métropole des Etats-Unis, notre premier ministre va tenter de convaincre les votants que la Belgique présente de nombreux atouts. Le gouvernement veut obtenir un des sièges accordés en mai prochain.

Le "compromis à la belge", une spécialité locale

Parmi ceux-ci, Charles Michel relève que la Belgique est un pays de taille moyenne qui regorge de créativité et d’innovation. Mais ce qui nous caractérise, selon lui, c’est le sens du compromis à la belge qui, au plan international, est un atout incontestable. "Nos diplomates belges sont réputés dans les organisations internationales. Pour leur bonne connaissance, le sens des nuances et leur subtilité dans un certain nombre d’enjeux internationaux comme, par exemple, la situation en Afrique que nous connaissons bien. Mais aussi notre implication dans le pacte pour l’Environnement. Le changement climatique est un défi important." Il ajoute l’implication de la Belgique pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme. "On a beaucoup travaillé sur ces sujets-là dans les dernières années."

Le ministre en conclut que la Belgique dispose d’une vraie chance, mais que cela n’est pas gagné d’avance. "On va devoir se mouiller le maillot ". Car si certains pays disent soutenir la Belgique, le Premier ministre entend, par des contacts réguliers, s’assurer que les soutiens seront confortés et se concrétiser au moment du vote. Mais cela, ce sera en mai 2018.  

Pour une durée de 2 ans

Les membres non permanents du Conseil de sécurité sont élus par l'Assemblée générale, pour un mandat de deux ans. Ils sont renouvelés par moitié chaque année. Les membres sortants ne sont pas immédiatement rééligibles. Plus de 60 États Membres des Nations Unies n’ont jamais été membres du Conseil de sécurité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK