Charles Michel dénonce les jeux politiciens et met en garde contre "un nouveau record du monde d'instabilité et de chaos"

Charles Michel dénonce les jeux politiciens et met en garde contre "un nouveau record du monde d'instabilité et de chaos"
Charles Michel dénonce les jeux politiciens et met en garde contre "un nouveau record du monde d'instabilité et de chaos" - © Tous droits réservés

"Le vote du budget la semaine prochaine sera un moment de vérité" pour la nouvelle coalition gouvernementale, car des alliances qui ont provoqué la crise et le chaos au début de cette décennie semblent se recréer, a affirmé jeudi le Premier ministre Charles Michel, à son arrivée au Sommet européen de Bruxelles.

Approuvé en commission de la Chambre par la coalition suédoise avant que la N-VA ne quitte le gouvernement, le budget fédéral 2019 sera soumis en plénière jeudi prochain, porté par la coalition Michel II. Largement minoritaire au parlement, cette dernière guette un soutien de son ex-partenaire la N-VA.

Mais mercredi soir, l'opposition parlementaire a fait voter, avec le soutien de la N-VA, une motion initiée par le PS qui demande au chef du gouvernement de présenter avant mardi un programme politique et de solliciter la confiance. Cette perspective met une lourde hypothèque sur le vote du budget. A ce propos, le président du MR Olivier Chastel a dénoncé l'existence d'une alliance objective entre le PS et la N-VA.

"Ne pas créer un nouveau record du monde de chaos"

"Je souhaite qu'on ne soit pas pris en otage par des petits jeux politiciens, par de nouvelles alliances qui semblent recréer ces mêmes alliances qui avaient généré 541 jours de crise" en 2010-2011, a affirmé M. Michel, interrogé à son arrivée au Conseil européen.

"J'espère qu'ils ne veulent pas créer un nouveau record du monde d'instabilité politique et de chaos, dont la facture sera renvoyée à nos concitoyens", a-t-il ajouté.

Charles Michel souhaite des coopérations avec le parlement sur "des points essentiels" comme le pouvoir d'achat, les conséquences du Brexit "qui met potentiellement en danger 70.000 emplois en Belgique", le budget européen pour lequel la Belgique plaidera un soutien de l'UE pour les pays les plus affectés par le Brexit, etc., a-t-il énuméré.

"Certains sont prêts à mettre tout cela à la poubelle pour des petits jeux politiciens, il y aura un moment de vérité dans les jours et semaines qui viennent".

Réagissant par communiqué aux propos d'Olivier Chastel, le PS s'est dit étonné des "divagations grotesques" du MR sur une alliance avec la N-VA. "La volonté du PS est de ne jamais gouverner avec la N-VA", a répété le président des socialistes francophones, Elio Di Rupo, dans un communiqué.

Il souligne que la motion de mercredi soir a été déposée conjointement avec le sp.a, Ecolo, Groen, le cdH et DéFI. "Le PS s'est volontairement opposé à ce que l'on soumette cette motion à la cosignature de la N-VA. Lors du vote, la N-VA a soutenu la motion. C'est la décision propre de la N-VA qui ne concerne aucun parti signataire", ajoute M. Di Rupo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK