Charles Michel au Congrès du MR: "L'emploi est la meilleure protection contre la pauvreté"

Le MR a lancé officiellement sa campagne électorale lors de son congrès "programmatique" à Louvain-la-Neuve, ce dimanche matin. Près de mille militants se sont retrouvés dans le plus grand auditoire de la cité étudiante, l'Aula Magna pour écouter le discours du président du MR Charles Michel.

Deux mois avant les élections, celui-ci a rappelé les priorités du parti à commencer par l'emploi. "Nous voulons un pays prospère et entreprenant parce que c’est la seule solution pour renforcer les solidarités. Des jobs, des investissements, de l’innovation et de la valeur ajoutée. L’emploi, c’est pour nous la meilleure protection contre la pauvreté."

Une expression qui fait polémique

Avant de détailler le programme, quelques flèches sont décochées en direction d'adversaires politiques. "Nous ne voulons ni du séparatisme porté par les nationalistes, ni du nivellement par le bas voulu par le conglomérat des gauches. Le cocktail national-socialiste (sic), c’est la division et l’appauvrissement garantis. C’est le Brexit en pire."

À noter que l'expression "national-socialiste" a choqué certains auditeurs et fait réagir plusieurs personnalités politiques. Il s'agit visiblement d'un lapsus, comme s'en est expliqué Charles Michel dans l'après-midi.

Contre "Elio le taxateur"

Mais retour au discours de ce matin. Charles Michel égratigne au passage la volonté de certains partis de rendre gratuits certains services. "Transports gratuits, repas gratuits, médicaments gratuits… le conglomérat des gauches déborde d’imagination… Tout devient gratuit. (...) Mais qui paie la facture ? Ce sont les citoyens. (...)  Ils vous vendent "Alice au pays des merveilles" et, comme chaque fois, nous nous retrouvons avec "Elio le taxateur".

En ce qui concerne le climat, "personne n'a le monopole du défi climatique", insiste le libéral. Il rappelle certains acquis (le développement de l’éolien offshore et le taux belge de recyclage parmi les plus élevés d’Europe) avant d'esquisser ses projets pour l'avenir: "Nous voulons développer un tax shelter climat pour stimuler les projets des PME et des start-up favorables au climat et à l’environnement."

Un programme participatif

Le leader des Réformateurs a insisté sur l'aspect participatif du programme du parti libéral pour les différentes élections à venir : "Depuis plusieurs mois, à l’initiative d’Olivier Chastel, nous avons entrepris un travail de préparation programmatique sans précédent. Avec rigueur, nous avons mis en débat nos idées et nos propositions innovantes. Plus d’un millier d’amendements et de propositions ont été formulés, analysés, disséqués."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK