Charles Michel affirme qu'il s'est trompé à propos de la N-VA

Les élections ont débouché sur une situation politique inédite : en s'alliant avec trois partis flamands, dont la N-VA, le MR a décroché le poste de premier ministre. Un défi pour Charles Michel.

Un an plus tard, Charles Michel a pourtant étonné en assumant son alliance avec la N-VA : "J'ai commis une erreur d'appréciation. J'ai beaucoup parlé avec Bart De Wever et j'ai confiance pour l'instant". "Depuis 8 mois, il n'y a pas eu de crise communautaire" a par ailleurs ajouté le Premier ministre. 

Un premier ministre en confiance

Sur le plateau de Johanne Montay et François De Brigode, le Premier Ministre est apparu plutôt détendu. Il a défendu sereinement les mesures impopulaires comme le saut d'index. "Une mesure solidaire", selon Charles Michel "puisqu'elle doit permettre de créer de l'emploi". 

Le Premier ministre a également confirmé la pension à 67 ans mais progressivement, d'ici 2030, avec des négociations possibles pour les fonctions les plus pénibles. 

Une réforme fiscale annoncée d'ici l'été

C'est sans doute l'une des annonces les plus fortes de la soirée: Charles Michel a annoncé une grande réforme fiscale tablant sur un accord politique d'ici l'été. Le principe serait de diminuer la taxation sur le travail. Par contre, il s'agirait de faire contribuer d'avantage les fraudeurs, les spéculateurs et les pollueurs. 

Touchera-t-on à la TVA, au calcul du revenu cadastral, aux voitures de société ? Le premier ministre s'est montré prudent, refusant de s'exprimer concrètement avant qu'un accord global ne soit trouvé.

Une réforme fiscale de quelle ampleur ? Lors de l'émission, Bernard Delvaux, patron de la Sonaca réclamait le chiffre de 7 milliards d'euros pour baisser de 20 % les charges sur 20 % des emplois les plus soumis à la compétitivité. Mais aucun chiffre précis n'a été évoqué par le Premier Ministre. 

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK