Chaque avion Ryanair en moins à l'aéroport de Charleroi coûterait 10 emplois

"Si Ryanair devait retirer des avions à Charleroi, l’impact moyen par avion retiré représenterait, sur base des premières estimations, une perte de 10 emplois, une diminution du chiffre d’affaires de 3 millions d’euros et la perte de 360.000 passagers totaux" pour BSCA, a affirmé le ministre wallon des Aéroports, Jean-Luc Crucke, lundi, en commission du parlement régional.

"Ni BSCA ni moi ne disposons cependant d’informations quant aux intentions réelles de Ryanair", a précisé le ministre alors que des rumeurs font état du retrait de sept avions de la compagnie irlandaise à bas coût du tarmac carolo.

"J’ai par ailleurs fait étudier la question du remboursement d’éventuelles aides publiques dont aurait bénéficié Ryanair au niveau régional. Vérification faite, tant auprès de BSCA que du SPW, force est de constater qu’aucune subvention directe pouvant faire l’objet d’un remboursement n’a été octroyée par la Région Wallonne à Ryanair par le passé et que, par conséquent, la Région n’est pas en mesure de demander le remboursement d’une quelconque aide publique", a poursuivi Jean-Luc Crucke (MR).

"J’ai par contre invité par courrier du 10 décembre 2020, le ministre fédéral de l’Economie Pierre-Yves Dermagne à étudier la possibilité du remboursement d’éventuelles aides publiques dont aurait bénéficié Ryanair au niveau fédéral, dans l’hypothèse où la compagnie irlandaise continuerait de ne pas respecter les procédures en vigueur", a-t-il ajouté en assurant enfin "avoir sollicité plusieurs entretiens avec la compagnie qui n’a pas donné suite jusqu’ici".

"Préalablement à une réunion, Ryanair revendique en effet un accord, soit sur une réduction des redevances de BSCA, soit une aide publique de la Région, ce qui a bien entendu été refusé", a conclu le ministre.

Licenciement chez Ryanair: JT du 20/10/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK