Cette fois c'est décidé, Bernard Wesphael quitte Ecolo

Bernard Wesphael quitte Ecolo
Bernard Wesphael quitte Ecolo - © Archive Belga / MICHEL KRAKOWSKI

Le chef de groupe Ecolo au parlement wallon a finalement pris sa décision. Moins d'un mois après son coup de gueule, Bernard Wesphael a annoncé ce lundi matin qu'il quittait le parti. "Je pars sans réelle amertume car la politique est d'abord un rapport de forces", dit-il. Ecolo prend acte.

"Je pars sans réelle amertume car la politique est d'abord un rapport de forces. Chez Ecolo, aussi. Je tire donc toutes les conséquences du match triangulaire du 4 mars dernier. Mais il est vrai que j'ai cru jusqu'au bout que, dépassant ce simple rapport de forces, les dirigeants d'Ecolo seraient capables d'assumer le pluralisme des tendances, au sein du parti, en attribuant les fonctions d'influence de façon à tenir compte de toutes les sensibilités présentes", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Lors d'une assemblée générale, le 4 mars, il avait échoué dans sa candidature à la co-présidence des Verts francophones. Les députés wallons Ecolo ne l'avaient classé en outre qu'en troisième position pour remplacer Emily Hoyos à la présidence de l'assemblée régionale. Le lendemain, il avait annoncé qu'il prendrait du recul pour réfléchir à la poursuite de son engagement au sein du parti.

Dans un communiqué, les nouveaux co-présidents d'Ecolo, Emily Hoyos et Olivier Deleuze, disent regretter le choix du député régional, dont ils ne peuvent que "prendre acte avec regret". "Comme nous l’avons dit publiquement à plusieurs reprises au cours des dernières semaines, nous avons toujours estimé que la place de Bernard Wesphael était à l’intérieur d’Ecolo, étant donné que les combats qu’il porte et les dossiers qui lui tiennent à cœur sont au principe même de l’écologie politique et de l’action d’Ecolo, qu’il s’agisse par exemple de la régulation du système financier, du respect de la diversité ou encore de la lutte contre les discriminations quelles qu’elles soient", soulignent les co-présidents.

Une page se tourne

D'ici quelques semaines, Bernard Wesphael précisera sous quelle forme et dans quelles conditions il compte poursuivre son engagement politique. Mais il ne compte pas, dit-il, rejoindre une autre formation politique.

Militant depuis 32 ans, Bernard Wespahel se dit aujourd'hui affecté, bouleversé mais pas amer: "Affectivement c'est dur vis-à-vis d'un certain nombre de pesronnes. Dur, mais en même temps, je ne me sens ni affaibli, ni abattu. Je pense que je vais rebondir parce que, modestement, je pense avoir une capacité de travail importante".

Cette énergie il continuera de la mettre au service de la bonne gouvernance ou de l'amélioration du cadre de vie. Mais désormais, ce sera comme indépendant. Laïc, progressiste, il dit que sa sensibilité n'est pas prise au compte au sein d'Ecolo. Et ne pas avoir obtenu la présidence du parlement wallon est une déception de trop.

Voici donc pourquoi Bernard Wesphael tourne la page d'Ecolo. Mais à bien y regarder, c'était écrit à la une de son livre "Changez tout". Le titre d'un rebelle, qui sinon une récompense, attendait une reconnaissance.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK