Certificats verts: la panique entraîne le blocage du site web de la CWaPE

La partie sécurisée du site bancaire -où les titulaires de CV ont un compte et peuvent effectuer les transactions relatives aux certificats peuvent être effectuées- a été victime d'une surcharge tellement importante qu'elle en a entraîné le blocage. 

"Les récentes annonces parues dans la presse provoquent une surcharge conséquente du système Extranet de la CWaPE. La CWaPE est bien consciente des désagréments rencontrés et met tout en œuvre pour limiter au maximum les indisponibilités du système",  indique un message pop-up sur la page d'accueil du site de la CWaPE.

"Un processus de révision du système de soutien au photovoltaïque par le Gouvernement wallon est actuellement en cours. Ce processus devrait aboutir à une modification réglementaire. Tant que cette adaptation réglementaire ne sera pas effective, aucun changement n’interviendra dans le processus de traitement des dossiers photovoltaïques par la CWaPE", indique encore ce message qui vise à rassurer les titulaires de CV et confirme qu'aucun changement relatif à ces certificats n'a (jusqu'ici) été acté.

"Il n'y a vraiment pas lieu de paniquer", tempère en effet Francis Ghigny. "Le gouvernement (wallon) doit encore prendre des décisions, en attendant on ne change rien aux procédures. On pourra toujours vendre ses CV, si nécessaire, dans un jour, une semaine ou après". D'autant plus, rappelle-t-il, que quand bien même une décision serait prise du côté de l'exécutif, celle-ci devrait encore suivre le processus qui en fera un texte légal en bonne et due forme.
 
D'après un accord intervenu au gouvernement wallon sur ce sujet épineux, le prix du certificat vert, utilisé pour soutenir le photovoltaïque, est appelé à diminuer pour les personnes qui se trouvent dans le régime actuel. Un nouveau système sera mis sur pied pour les futurs entrants, qui ne recourra plus au certificat vert. Il sera baptisé "Qualiwatt" et misera davantage sur la qualité des installations.

Ju. Vl.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK