Centrales nucléaires indisponibles: la ministre Marghem signe un accord de collaboration avec Berlin

La ministre fédérale de l'Énergie, Marie Christine Marghem, a signé mardi à Berlin un accord de collaboration avec le ministre allemand de l'Économie et de l'Énergie, Peter Altmaier, avec l'objectif de prévenir toute pénurie d'électricité en Belgique durant d'hiver, a indiqué un porte-parole de la ministre.

Seul un réacteur nucléaire fonctionne aujourd'hui, les autres étant soit défectueux, soit en cours d'entretien. Le risque de pénurie est donc réel. Pour éviter cette situation, les autorités recourent à l'importation, aux centrales au gaz et aux limitations de grands consommateurs industriels.

Actuellement, les capacités d'importation d'électricité en Belgique peuvent être limitées en raison du transfert d'électricité du nord vers le sud de l'Allemagne. Ce transit s'effectue par des interconnexions belges. L'accord conclu mardi stipule donc que minimum 20% des lignes haute tension en Allemagne doivent être libérées afin de faciliter les importations venant principalement d'Allemagne et des Pays-Bas, en cas de nécessité.

Une future liaison souterraine entre la Belgique et l'Allemagne devrait en outre être opérationnelle fin 2019. Elle permettra de transporter 1 GW d'électricité.

Après cet accord avec l'Allemagne et les engagements de la France et du Grand-Duché de Luxembourg à hauteur respectivement d'un GW et de 200 MW, la ministre Marghem a souligné qu'elle continuait "à chercher des solutions dans le cadre européen en concertation avec le cabinet du Premier ministre".

Après sa rencontre avec Mme Marghem, son homologue allemand a affirmé qu'il allait de soi que l'Allemagne et les autres pays voisins européens apportent leur soutien à la Belgique dans ce dossier. Comme aucune connexion directe n'existe entre l'Allemagne et la Belgique, des discussions ont également lieu avec les Pays-Bas, la France et le Luxembourg ainsi qu'avec la Commission européenne, selon Peter Altmaier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK