Céline Fremault: "On a eu des difficultés à obtenir les PV des bureaux tenus au Samusocial"

Céline Fremault (cdH), la ministre de l’Aide aux personnes en région bruxelloise était l’invitée de Matin Première, elle a réagi aux révélations sur les vrais chiffres de la répartition des jetons de présence de l’asbl du Samusocial pour 2015 et 2016.

Rapport au gouvernement

En tant que ministre de l’Aide aux personnes en région bruxelloise, Céline Fremault octroie la plus grande partie du budget de l’ASBL qui s’occupe des sans-abris à Bruxelles. Elle rappelle cependant qu’elle n’a "pas de tutelle puisque l’asbl est privée". La ministre a mis en place un contrat de gestion entre la région et le Samusocial afin "de déterminer les missions des uns et des autres" et "permettre aussi aux services d’inspection de vérifier de mon côté qu’aucune pièce n’était en lien avec des jetons ou des rémunérations". C’est sur cette base que la ministre va présenter un rapport au gouvernement. Une "série de décisions" devraient être prises dans la foulée.

Mais la récolte d’informations semble ne pas avoir été toujours facile. "On a eu des difficultés effectivement à obtenir les PV des bureaux qui se seraient tenus au Samusocial, raconte la ministre. Même si je n’avais pas la tutelle sur le Samusocial, j’ai demandé au Samusocial d’obtenir toute une série d’informations que je n’ai pas eues malgré des lettres et des contacts. Ce n’est que fin avril que j’ai pu obtenir quelques renseignements sur une somme avoisinant les 60 000 euros". En 2016, le Samusocial a effectivement prévu 59 920 euros pour payer les jetons de présence de ses administrateurs et membres du bureau, alors qu’en 2015, le montant se limitait à 56 000 euros.

Le Samusocial doit devenir une association de type régional

Y a-t-il eu dès lors une volonté d’occulter de qui était en train d’être fait par les dirigeants du Samusocial ? "C’est une asbl privée qui dépend de la ville de Bruxelles et je pense qu’elle avait un peu de mal à voir la région présente au sein de son conseil d’administration", répond Céline Fremault.

Comment expliquer qu’une asbl qui a une mission publique soit une asbl privée ? La ministre dit vouloir y remédier. En fonction des conclusions de son rapport, elle ambitionne de "travailler sur un changement du statut juridique du Samusocial" qui "doit devenir une association de type régional avec une composition claire de ses organes".

En attendant, les questions restent nombreuses. Comment ont été payés les administrateurs et avec quel argent? Recevaient-ils, comme chez Publifin, des salaires mensuels alors que les réunions ne se tenaient pas (notamment en juillet-août)? "C’est ce qui semble en tout cas se dégager de l’audition de Madame Peraïta (ndlr : présidente du CPAS de Bruxelles) au sein du conseil communal de Bruxelles ville, répond Céline Fremault. Moi je n’ai pas aujourd’hui d’informations qui me permettent de dire que toute une série de bureaux se seraient tenus puisque je n’ai pas accès à des procès-verbaux".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir