Ce sera dur. Mais les wallons s'en sortiront ?

Ce sera dur. Mais les wallons s'en sortiront ?
Ce sera dur. Mais les wallons s'en sortiront ? - © THIERRY ROGE - BELGA

Dans son discours sur l’état de la Wallonie, le président Willy Borsus a évoqué la situation difficile de la Wallonie, en estimant qu’il y avait des perspectives encourageantes pour l’avenir. " Les chiffres sont préoccupants, nous le savons depuis longtemps. Il y a cependant des perspectives encourageantes, des frémissements positifs. Mais soyons francs, nous sommes loin du compte. "

Un discours, qui allie constat et espoir, que les wallons et les wallonnes entendent depuis près de 40 ans maintenant. Alors ministre-président de la Wallonie, le socialiste Guy Spitaels avait lâché la formule " Ce sera dur, mais les wallons s’en sortiront ".  C’était en 1981. Guy Spitaels avait à moitié raison. Ça été dur. Mais les wallons ne s’en sont pas sortis. Presque tous les indicateurs, économique (PIB, chômage) ou de développement humain (taux de suicide, alcoolisme), sont mauvais.

Pourquoi en est-on arrivé là ? Serons-nous toujours en difficulté dans 40 ans ?

Bertrand Henne reçoit Sébastien Brunet, administrateur général de l'Institut Wallon de l'Evaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) et professeur en science politique, charge " Gouvernance et Société " à l’Uliège, Giuseppe Pagano, docteur en Sciences économiques appliquées, Chef du Service de Finances Publiques et de Fiscalité à l’Université de Mons et Philippe Suinen, président de la Chambre de commerce et d'industrie wallonne (CCIW).

Débats Première "100% Wallonie" ce vendredi 25 mai dès 12h15 en direct sur les ondes wallonnes de La Première et sur Auvio.

Donnez-nous vos solutions

On attend vos réactions :

  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK