"Ce qui paralyse notre pays, ce sont les grèves. Pas le communautaire"

"Ce qui paralyse notre pays, ce sont les grèves. Pas le communautaire"
"Ce qui paralyse notre pays, ce sont les grèves. Pas le communautaire" - © Tous droits réservés

La Belgique est-elle un État failli ? Les crises se succèdent, les "dysfonctionnements" s'accumulent, l'État "donne l'impression de ne plus fonctionner". Et les solutions tardent, les projets et les visions politiques manquent.

C'est en substance le tableau qu'ont dressé trois patrons d'entreprise, Johnny Thijs, Baudouin Meunier et Bernard Delvaux, dans une carte blanche publiée dans la presse. Un débat qui s'est invité entre représentants de ce monde politique ce dimanche dans Les Décodeurs RTBF.

Denis Ducarme, chef de groupe MR à la Chambre, en appelé à l'apaisement entre formations politiques : "Mettons un stop aux jeux politiciens. On a beaucoup à faire au-delà des discours partisans".

"Ça coûte au pays et aussi à ses citoyens"

"Donner l’image d’un pays divisé, ça coûte au pays et aussi à ses citoyens", a pour sa part estimé Rudy Demotte (PS), président de la Fédération Wallonie–Bruxelles.

Pour Eric Van Rompuy (CD&V), député fédéral, "dire qu’on vit dans un État défaillant, c’est exagéré et simpliste"; il faut, dit-il, "donner de l’espoir aux jeunes".

Au sujet des crises et des dysfonctionnements, le député flamand pointe, comme élément "qui paralyse notre pays", les grèves. "Ce n’est pas communautaire" qui est responsable, affirme-t-il.

Revoyez ci-dessus le débat des Décodeurs dans son intégralité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK