CD&V, PS, Ecolo: la classe politique réagit aux propos de Théo Francken sur le Vlaams Belang, il répond

En haut : Théo Francken (N-VA) et en bas, de gauche à droite : Eric Van Rompuy (CD&V), Ahmed Laaouej (PS) et Zakia Khattabi (Ecolo)
En haut : Théo Francken (N-VA) et en bas, de gauche à droite : Eric Van Rompuy (CD&V), Ahmed Laaouej (PS) et Zakia Khattabi (Ecolo) - © Belga

Jeudi soir, alors qu'il prenait part à un débat à Edegem qui portait notamment sur le Pacte des Nations unies sur les migrations, Theo Francken a affirmé  "suivre (ce qu'écrit) le Vlaams Belang en matière de migration". Ces déclarations ont fait réagir les partis de l'opposition mais aussi le CD&V. Néanmoins, le secrétaire d'état à l'Asile et la migration a tenu à se défendre des accusations faites à son encontre.

"Depuis quelques années, Francken fait systématiquement des déclarations où il essaye de se positionner comme un défenseur des thèses anti-migrants. Pour moi ce n'est pas neuf", estime Eric Van Rompuy (CD&V). Selon cet élu flamand, le secrétaire d'Etat à l'asile et la migration "essaye toujours de provoquer et de défier les autres partis et l'opinion publique". "Il essaye toujours d'augmenter l'angoisse de la population. Il se prononce tout le temps en provoquant", accuse-t-il.


►►► À lire aussiTheo Francken avoue que le Vlaams Belang inspire sa politique migratoire


Est-ce un pas de plus hors des limites du soutenable pour le gouvernement ? Selon Eric Van Rompuy, on est bien au-delà. "Moi je ne parle plus d'un pas de plus, depuis deux ans il fait chaque jour un pas de plus", observe-t-il avant d'ajouter que "C'est maintenant à Charles Michel d'arrêter le jeu."

"L'extrême droite 'dicte' sa politique", selon l'opposition

Du côté de l'opposition, PS et Ecolo ont dénoncé vendredi les propos de Theo Francken. "Cela montre bien qu'aujourd'hui, l'extrême-droite dicte son agenda politique par le biais de la N-VA", a dénoncé le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej. Selon lui, le secrétaire d'Etat banalise l'ignoble. "Combien de temps le Premier ministre va-t-il encore tolérer cette situation?" a-t-il demandé.

"Plus besoin de caricatures", a réagi de son côté, sur twitter, la co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi. "L'extrême-droite est bien à la manœuvre en matière d'asile au gouvernement."

La réponse de Théo Francken

Face à ces nombreuses critiques, le secrétaire d'état à l'Asile et la migration s'est défendu. "Il y a bien sûr des 'ressemblances' avec le Vlaams Belang mais aussi des 'différence essentielles'", a souligné sa porte-parole.

"La N-VA ne veut par exemple pas d'un stop migratoire mais d'une immigration légale et contrôlée. Elle juge aussi, au contraire du parti d'extrême-droite, qu'une fermeture des frontières belges signifierait une catastrophe économique pour le pays et réclame des frontières européennes plus hermétiques", ajoute-t-elle.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK