Quel ministre pour quel portefeuille? Le casting se précise

Didier Reynders au côté d'Olivier Chastel, lors du congrès de participation du MR
4 images
Didier Reynders au côté d'Olivier Chastel, lors du congrès de participation du MR - © BENOIT DOPPAGNE

Les congrès de participation des quatre partis de la suédoise ont lieu ce jeudi soir. Nos équipes de la rédaction politique sont sur place et saisissent au vol les informations qui tournent autour des noms des ministres qui devraient constituer le gouvernement Michel, et des portefeuilles dont ils devraient probablement hériter. Une chose est sûre, le grand absent de l'équipe fédérale sera Bart De Wever, poids-lourd de la N-VA et "architecte" de la suédoise, qui reste bourgmestre d'Anvers.

N-VA

La N-VA a fait savoir, lors de son congrès de participation à Merksem, à Anvers, qu'elle ne dévoilerait pas officiellement ses ministres avant la prestation de serment samedi, par respect pour le Roi et la tradition, a-t-on ironisé du côté de la Lotto Arena.

On en est cependant presque certain : Jan Jambon deviendra vice-Premier et héritera du poste très convoité de l'Intérieur.

Johan Van Overtveldt, spécialiste en la matière et ex-rédacteur en chef de Trends, héritera d'un autre gros portefeuille: celui des Finances.

Un autre poste régalien sera attribué à Steven Vandeput, qui gèrera la Défense. Les nationalistes flamands auront donc la haute main sur la police et sur l'armée belge. Une marque de confiance importante de la part des partenaires de la coalition.

Les nationalistes flamands obtiendront en outre deux postes de secrétaires d'Etat: l'un des deux ira à Theo Francken, qui sera en charge du portefeuille de l'Asile et de la Migration. L'autre échoira à Elke Sleurs qui sera en charge de la lutte contre la fraude et la pauvreté.

La N-VA place donc cinq pions au sein du gouvernement Michel, dont trois dans portefeuilles clef. 

CD&V

Côté CD&V, Kris Peeters sera en charge de l'Emploi et de l'Economie, alors que Koen Geens, le ministre des Finances sortant, deviendra ministre de la Justice.

Pieter De Crem, actuel ministre de la Défense, fait un pas en arrière en devenant secrétaire d'Etat. Il aura le Commerce extérieur comme compétence.

Open VLD

Chez les libéraux flamands, Alexander De Croo (que l'on pensait rempiler aux Pensions) sera en charge des Entreprise publiques.

La très populaire Maggie De Block devient, elle, ministre des Affaires Sociales et de la Santé.

Le parti de Gwendolyn Rutten hérite en outre d'un secrétariat d'Etat, celui de la coopération au développement, qui sera confié à Bart Tommelein.

Et pour le MR...

C'est le dernier parti où il reste des incertitudes.

Côté libéraux francophones, enfin, Didier Reynders poursuivra aux Affaires étrangères. Le Budget serait de la compétence de Jean-Luc Crucke, quand l'Agriculture et les PME iraient à Hervé Jamar (ou à Daniel Bacquelaine).

Deux compétences "sensibles" ("pourries" diront certains) reviendraient aussi - par défaut, dit-on - au MR : l'Énergie (vraisemblablement pour Willy Borsus) et la Mobilité (Valérie De Bue), respectivement synonymes des délicats dossiers du nucléaire et du survol de Bruxelles.

La discussion ne porte en tout cas plus sur le nombre : le gouvernement sera constitué de 14 ministres, avec autant de francophones que de flamands. Et donc sept portefeuilles pour le MR, celui du Premier ministre compris, ce qui donne au congrès de participation des libéraux "une dimension historique", a déclaré Louis Michel.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK