Carrefour France: la crainte s'installe parmi les travailleurs belges

Carrefour France: le doute s’installe parmi les travailleurs belges
Carrefour France: le doute s’installe parmi les travailleurs belges - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le Conseil d’entreprise extraordinaire doit avoir lieu aujourd’hui chez Carrefour Belgique.  Il y a deux jours, le groupe de distribution annonçait vouloir supprimer 2400 postes en France. C’est le résultat d’un nouveau plan stratégique à grande échelle.

>>> A lire aussi: Grande distribution: plus de technologies, moins d'emplois?

En Belgique, les travailleurs aussi sont inquiets. Faut-il chez nous également craindre des pertes d’emplois ? La réunion de ce jeudi, prévue à 14h, devrait apporter quelques réponses.

Myriam Delmée, la vice-présidente du Setca, dénonce une situation d’attente difficile à vivre pour les travailleurs. "C’est de l’angoisse et c’est surtout de l’incompréhension, parce que les travailleurs ne comprennent pas pourquoi on a su faire des annonces à Paris et qu’il faut attendre 48 heures et mettre les gens dans l’angoisse et dans un suspense extrêmement malsain avant d’avoir des informations relatives à la Belgique."

L’ombre d’un licenciement collectif

La syndicaliste refuse de faire des prédictions, mais fait part de ses doute sur les raisons de ce Conseil d’entreprise extraordinaire. "On ne nous a pas fait déplacer juste pour souhaiter les bons vœux. Dès lors qu’on organise des conseils d’entreprise extraordinaire et qu’on reste muet sur la moindre information, il y a des obligations légales à respecter. Les obligations légales, en général, se situent dans le cadre de licenciements collectifs. Ce seront des informations graves qui seront données aux travailleurs, ça, j’en suis à peu près persuadée."

>>> A lire aussi: l'hypermarché, la "chronique d'une mort annoncée"

[VIDEO] Va-t-on vers une destruction massive des emplois dans la distribution?

Le virage numérique, la robotisation, l’e-commerce vont-ils entraîner une destruction rapide de l’emploi ? Cette question était abordée dans Soir Première avec Dominique Michel, CEO de COMEOS, et Depline Latawiec, secrétaire générale de la CNE (Centrale nationale des employés). Le débat est à retrouver ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK