Caroline Saal (Ecolo): "Le gouvernement fédéral criminalise les migrants"

Le Premier ministre, et avant lui le président du cdH, accusent le parti Ecolo de populisme dans différents dossiers, dont celui de la mort de la petite Mawda. Pour la cheffe de groupe Ecolo au conseil communal de Liège Caroline Saal, être accusé de "trumpisme" est un "compliment", explique-t-elle, interrogée sur La Première. "On sait tous ce que cette accusation cache : essayer de détourner le débat de questions importantes. Il y a eu un drame national en Belgique et ce qu'on reproche à Ecolo, c'est la réaction de notre coprésidente qui dénonce ce qu'on vérifie dans les sorties de Bart De Wever et de Theo Francken, à savoir que le gouvernement fédéral criminalise les migrants, criminalise des gens qui traversent la Méditerranée et qui essaient de chercher refuge. Quand Ecolo dénonce les effets de cette politique, Ecolo assume des positions fermes et ces accusations de populismes sont là pour détourner le débat et essayer de le fermer".

Vert Ardent

Ecolo se présente pour le scrutin communal à la ville de Liège sous la forme d'un mouvement "éco-citoyen" baptisé "Vert Ardent": "Nous ne croyons plus que les responsables politiques de Liège puissent répondre aux besoins de changement des citoyens. Ils ont eu plus de 30 ans pour le faire, ils ne le font pas", explique Caroline Saal. Vert Ardent est un "nouveau mouvement où chacun a le même poids. Ce sera peut-être un groupe plus hétérogène qu'Ecolo. Et surtout ce sera faire de la politique autrement. Une de nos propositions prioritaires sont les 'budgets citoyens', comme à Gand. C'est le politique qui fait confiance aux citoyens, pour leur donner un budget et qu'ils en fassent ce qu'ils estiment le meilleur projet pour leur quartier".

Carte de parti

Est-il possible de gérer la politique en donnant le pouvoir au citoyen ? "Nous utilisons des techniques d'intelligence collective qui permettent de donner la parole au plus grand nombre, de s'enrichir de la parole de chacun. Nous allons organiser des assemblées et nous ne demandons pas aux citoyens d'avoir une carte de parti pour participer" répond Caroline Saal. Pour gérer la ville de Liège, l'idée serait de mettre en place des conseils de quartier, de soutenir les initiatives locales.

Les Liégeois ou les non-Liégeois

Un an et demi après l'éclatement du scandale Publifin, les choses n'ont pas assez bougé, selon Ecolo "ce qu'on voit, c'est Nethys qui essaie de contourner le plafond salarial de 245.000 euros pour ses top managers. Nous ne sommes pas contre l'initiative industrielle publique. Selon certains il faudrait le camp des Liégeois ou des non-Liégeois, c'est plus complexe que cela. Si aujourd'hui Publifin et Nethys sont des institutions économiques importantes, et qui sont des enjeux pour la métropole de Liège, alors il y a des comportements exemplaires à avoir, il y a un respect de l'intérêt général et de l'intérêt public à avoir".

Tout savoir les communales à Liège

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK