Cannabis: les Jeunes MR sont favorables à la fumée bleue

Laura Nivesse, présidente des jeunes MR : La régularisation de la vente et de la consommation de cannabis est  une question de sécurité
Laura Nivesse, présidente des jeunes MR : La régularisation de la vente et de la consommation de cannabis est une question de sécurité - © Tous droits réservés

Faut-il légaliser la production et la vente de cannabis? C’est la position défendue par les jeunesses libérales qui entrent ainsi en conflit avec le parti dont les instances fédérales ont décidé qu’il n’en était pas question. Un débat qui ébranle actuellement toutes les formations politiques alors que, dans l’ombre, se développent en Belgique les Cannabis Social Clubs.

Pour Laura Nivesse présidente des jeunes MR, la régularisation de la vente et de la consommation de cannabis est à la fois une question de sécurité juridique, de santé publique (pour contrôler la qualité des produits) et de sécurité publique (pour éviter de financer les réseaux criminels) .

"La situation actuelle est hypocrite: on autorise la détention, mais on interdit la vente"

"On doit actuellement se fournir dans la rue alors qu’un encadrement et une légalisation permettront d’avoir un contrôle." Laura Nivesse critique le manque de clarté de la législation qui tolère la détention de 3 grammes ou d’un plant de cannabis mais qui, dans le même temps, interdit d’en acheter. La présidente des jeunesses MR demande que soient créées des filières contrôlées où l’on pourra se procurer les trois grammes légaux. "La situation actuelle est hypocrite: on autorise la détention, mais on interdit la vente ".

Conflit générationnel

Une position qui crée un conflit générationnel avec le reste du MR. Mais ce différend existe, selon Laura Nivesse, dans tous les partis. "Les mouvements de jeunesse francophones et flamands prennent de plus en plus position pour une forme de libéralisation du cannabis. Seules les jeunesses cdH font exception. Les organisations de jeunesse des partis représentant 20 000 personnes et lancent un signal clair."

La réponse des "adultes"

Pour la sénatrice MR Christine Defraigne, les jeunes du parti font pourtant fausse route: "Cela ne mesure pas les conséquences négatives et toxiques du cannabis. Toutes les études démontrent que cela fait des ravages. C’est souvent la porte d’entrée au décrochage scolaire. Je ne peux pas souscrire au signal qui consiste à dire que c’est inoffensif."

Si les instances fédérales du MR ne veulent pas entendre parler d'une légalisation du pétard, les jeunesses du parti gardent bon espoir "que ces instances voient la belle lumière libérale qu’envoient les jeunes MR." Qu’en termes élégants, ces choses-là sont dites.

J-Cl V.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

La Belgique en vidéos et en sons