Campine : l'ancienne colonie de vagabonds Wortel-Kolonie est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco

L'ancienne colonie de vagabonds Wortel-Kolonie, située en Campine anversoise, sera inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Le Comité du patrimoine mondial vient d'en décider ainsi, a annoncé lundi le ministre flamand du Patrimoine immobilier, Matthias Diependaele. Wortel-Kolonie devient ainsi le premier paysage culturel belge à être reconnu comme un site du patrimoine mondial.

Wortel-Kolonie fait partie des Colonies de Bienfaisance, situées en Belgique et aux Pays-Bas. Elles avaient été créées dans la période 1818-1825, après les guerres napoléoniennes qui ont provoqué beaucoup de pauvreté et de mendicité dans nos régions. Les familles pauvres et les mendiants pratiquaient l'agriculture et obtenaient ainsi un revenu. Les traces de cette période - maisons de colonie, allées, institutions et fermes de culture - sont encore bien visibles dans le paysage aujourd'hui. Trois des colonies néerlandaises ont d'ailleurs également été reconnues comme sites du patrimoine mondial lundi.

Le ministre Diependaele a réagi avec enthousiasme à l'annonce. "Wortel-Kolonie est un modèle d'intégration entre la nature et la culture", dit-il. "Les collaborations et une vision commune ont donné naissance à un magnifique élément du patrimoine qui jouit désormais d'une reconnaissance mondiale. Non seulement elle nous récompense pour nos efforts, mais elle nous encourage également à continuer à soutenir l'entretien et la protection de ces paysages exceptionnels."

Divers prix

L'ancienne colonie de vagabonds a déjà reçu, entre autres, un prix du tourisme durable et un label du patrimoine européen. L'inscription sur la liste de l'Organisation du patrimoine mondial des Nations unies est déjà la cinquième reconnaissance reçue par Wortel-Kolonie. Il y a trois ans, les Colonies de Bienfaisance avaient déjà fait une demande de classement au patrimoine mondial, mais celle-ci n'avait pas été retenue. 

Dans les années 1990, le futur de ces colonies était encore menacé par l'inoccupation et le délabrement. En 1997, la situation s'est tellement dégradée qu'elles se sont retrouvées sur la liste des 100 sites patrimoniaux les plus menacés au monde. La province d'Anvers et une quarantaine de communes ont alors fondé ensemble l'organisation Kempens Landschap, ce qui a mené à la réhabilitation progressive du site de Wortel-Kolonie. Depuis 1999, la zone est protégée en tant que paysage par l'Agence flamande du patrimoine.

Samedi, les thermes de Spa ont également été reconnus comme site du patrimoine mondial de l'Unesco. Avec Wortel-Kolonie, cela porte à quinze le nombre total de sites pour la Belgique disposant d'un tel titre.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK