Campagne publicitaire pour le "sugardating": Marcourt et Simonis déposent aussi plainte

La ministre des Droits des femmes en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis, et son collègue en charge de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, ont annoncé à leur tour lundi soir leur volonté de déposer plainte contre la campagne publicitaire menée à proximité des universités et Hautes écoles bruxelloises sur le thème du "sugardating".

"Cette publicité, scandaleuse et alarmante, démontre que ce site encourage la prostitution des jeunes étudiantes. Les masques tombent par rapport à ces 'pratiques de sugar-dating' qui suscitent l'inquiétude depuis un moment. En plus d'inciter les jeunes filles à vendre leurs corps, ce phénomène valorise la domination masculine et marque un retour en arrière de plusieurs décennies dans les rapports entre les hommes et les femmes. Il est temps d'agir avec détermination, par la sensibilisation mais aussi en utilisant tous les moyens légaux possibles", précise la ministre Simonis dans un communiqué.

"Incitation à la débauche et la prostitution"

Les deux ministres entendent ainsi se constituer partie civile au pénal en invoquant l'article 380 du Code pénal incriminant notamment l'incitation à la débauche et la prostitution ont déjà chargé les services de l'administration de constituer un dossier en ce sens.

Ils prendront également contact avec les bourgmestres des communes où la publicité a été vue pour qu'ils suspendent cette diffusion au motif de troubles à l'ordre public.

Les deux ministres annoncent enfin la mise en oeuvre d'une campagne d'information sur la prostitution étudiante afin de "conscientiser les jeunes à ses implications en termes d'intégrité physique et psychique", conclut le communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK