Campagne N-VA contre le pacte migratoire: Jambon reconnaît "une erreur de communication"

Campagne N-VA contre le pacte migratoire: Jambon reconnaît "une erreur de communication"
8 images
Campagne N-VA contre le pacte migratoire: Jambon reconnaît "une erreur de communication" - © FRISIEN VERVAEKE - BELGAIMAGE

Tombera (plan A) ? Tombera pas (plan B) ? Alors que les rédactions sont plutôt en plan A qu'en plan B, la N-VA montre sur les réseaux sociaux qu'elle est préparée à la crise. Ce mardi après-midi, elle a lancé une campagne-choc  intitulée "Waarom de N-VA zich verzet tegen het migratiepact van Marrakesh ?", traduisez "Pourquoi la N-VA s'oppose au pacte sur les migrations de Marrakech ?"

Sur fond de photos d'illustration issues de la banque d'images Shutterstock, et donc complètement sorties de leur contexte, différentes bannières arborent des slogans tels que "Pacte des Nations Unies sur les migrations = accès aux droits sociaux, y compris pour les immigrés clandestins" ou encore "Pacte des Nations Unies sur les migrations = priorité à la préservation de la culture des migrants".

Cette nouvelle action de la N-VA passe très mal auprès des partenaires de la coalition. Le vice-premier CD&V Kris Peeters parle d'une campagne "scandaleuse" tandis que la présidente de l'Open-VLD, Gwendolyn Rutten évoque une campagne "contre les migrants, contre des gens."


►►► La campagne de la N-VA contre le pacte sur les migrations passe (très) mal


"Notre campagne a été mal comprise"

Contacté par nos soins, le service de presse de la N-VA confirmait dans un premier temps le choix du moment pour lancer cette campagne : c'est la crise. Il faut expliquer à la population ce sur quoi porte le problème. L'état des discussions est très difficile, estime le parti nationaliste flamand.  

Vers 16h, ces images ont été retirées du site de la N-VA qui explique "notre campagne, et les images qui l'accompagnaient, a raté son but et ont donc été mal comprises". A son arrivée au Lambermont, le vice-Premier ministre Jan Jambon va encore plus loin. "Concernant cette campagne, nous avons fait une erreur sur les images choisies et sur le moment choisi pour la diffuser. Les gens font des erreurs, cela existe dans notre parti également. Il s’agit d’une faute personnelle commise par notre service de communication et nous avons retiré cette campagne."

Dans un premier temps, la campagne a été publiée sous forme de photos publiées sur Twitter par un collaborateur du cabinet du ministre flamand Ben Weyts, Michaël Devoldere.

Par la suite, l'auteur a effacé ses tweets, dit-il, parce que des internautes pensaient qu'il avait pris ces photos lui-même. Il a alors republié un nouveau tweet avec l'article complet de la N-VA, justifiant sa politique et son refus du pacte de l'ONU. 

Quoi qu'il en soit, cette campagne démontre que la N-VA est prête à justifier à l'opinion publique pourquoi le pacte de l'ONU sur les migrations mérite à ses yeux une crise. A noter que la photo utilisée dans cette campagne est issue du site shutterstock.com et a été prise, non pas en Belgique, mais en Allemagne, en 2017, comme le montre ce lien. Elle a été utilisée auparavant par le parti d'extrême droite allemand Afd, ainsi que le prouve la photo ci-dessus. 

Réaction de Kris Peeters

Le vice-premier ministre Kris Peeters a dénoncé mardi à son arrivée au Lambermont une campagne "scandaleuse" de la N-VA sur les réseaux sociaux en pleine crise gouvernementale sur le pacte de l'ONU sur les migrations.

Avec des images choc rappelant des campagnes de l'extrême droite, la N-VA s'oppose avec force sur les réseaux sociaux au pacte de l'ONU sur les migrations.

Le Premier ministre Charles Michel a reporté une réunion de crise du comité ministériel restreint qui devait se tenir à 15h30. Il organise des consultations politiques. Les chefs de file Open Vld et CD&V se trouvent au Lambermont.

Filip Dewinter (Vlaams Belang), félicite la N-VA pour sa campagne. Il affirme que son parti pourrait être l'auteur d'une telle campagne. "Même le plus grand parti de ce pays nous suit dans nos campagnes. Mission accomplie".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK