Taxe kilométrique: le ministre Lacroix veut une réunion des membres de Viapass

Le ministre Lacroix rencontre les camioneurs
4 images
Le ministre Lacroix rencontre les camioneurs - © Tous droits réservés

Le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS), a réclamé vendredi midi une réunion d'urgence du conseil d'administration de Viapass, une demande que le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA), n'a en revanche pas soutenue.

Johan Schoups, l'administrateur général de Viapass, a cependant envoyé une invitation aux trois Régions, pour une réunion du CA en soirée destinée à évaluer la première journée d'instauration de la taxe.

Viapass est l’interrégionale chargée du prélèvement de la redevance au kilomètre sur les poids lourds. On y rappelle que les OBU pouvaient être obtenus sur commande depuis octobre et que la communication sur les modalités a été abondante ces derniers mois (sessions d'information, sites internet, dépliants, annonces en Belgique comme à l'étranger, etc).

Des courriers personnels ont été adressés à 60 000 entreprises

Des courriers personnels ont même été adressés à 60 000 entreprises de transport en Belgique. Viapass avait en outre averti les transporteurs qu'ils ne devaient pas compter sur un report de la taxe.

Le porte-parole de Viapass, qui dit ne pas vouloir polémiquer, évoque à l'inverse des courriers des organisations de transports - comme TLN, Transport en Logistiek Nederland - plaidant pour le report. "Peut-être certains en ont-ils déduit qu'il n'était pas indispensable de se mettre en ordre au 1er avril..."

Les camionneurs pas satisfaits, vers de nouvelles actions?

Plus tôt en matinée, les entrepreneurs se sont désolidarisés des fédérations de transporteurs et des syndicats. Réclamant une accélération des négociations sur d'éventuelles compensations, une délégation a rencontré un représentant du ministre wallon du Budget Christophe Lacroix. Ils espéraient le report d'un mois de la taxe kilométrique. Ils n'ont pas été entendus. 

"La taxe n'est pas OK, on n'est pas OK"

Dès avant la fin des pourparlers, des camionneurs se déclaraient hors syndicat et hors fédération: "On est neutre. C’est le ras-le-bol. Il fallait un produit fiable. Et comme ce produit n’est pas OK, nous ne sommes pas OK avec cette taxe… Nous allons droit dans le mur, l’UPTR (l’Union professionnelle du transport par route) et Febetra (la fédération des transporteurs) ont négocié pendant des mois et rien. On nous parle de compensation mais on ne voit rien. On attend de voir ce qu’ils nous proposent. ".

La suite des manifestation dépendra essentiellement des pourparlers entamés avec le cabinet du ministre Christophe Lacroix. La conclusion de cette première entrevue laisse présager de nouvelles actions.

La CNE soutient les transporteurs

Les actions de blocages, peuvent compter sur le "soutien implacable" de la CNE, a fait savoir par la suite le syndicat chrétien d'employés.

La CNE se réjouit en outre, dans un communiqué, "que malgré le niveau 3 de la menace terroriste et l'affluence des automobilistes sur les autoroutes en ce jour de départs en vacances, les médias n'aient pour le moment pas eu à relayer ni le mécontentement des usagers, ni la condamnation par la FEB (Fédération des entreprises de Belgique, NDLR), ni même la désapprobation du gouvernement".

"Sans nous positionner sur le fond du conflit, bien entendu, il nous paraît effectivement opportun de rappeler que les camionneurs font ici usage de leur droit à l'action collective et qu'il s'agit d'une façon respectable de porter leurs revendications, quand bien même cette action est organisée par les employeurs du secteur", poursuit le syndicat, pour qui les désagréments occasionnés aux usagers de la route "ne sont ni plus ni moins désagréables que lors d'une action collective quelconque (syndicale notamment)".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK