"C'est n'importe quoi!": la déception des ministres démissionnaires

"C'est n'importe quoi!": la déception des ministres démissionnaires
"C'est n'importe quoi!": la déception des ministres démissionnaires - © DIRK WAEM - BELGA

La réunion était prévue depuis un moment, elle s’est donc tenue. Un comité de concertation sur le climat réunissait ce matin le gouvernement fédéral, démissionnaire donc, et les ministres des entités fédérés. L’occasion de faire réagir les ministres démissionnaires.

A l'entrée de cette réunion, certains ne cachent pas leur déception. C'est le cas de Koen Geens: "Je suis déçu car le Premier a fait un exercice formidable et tenu un discours qui aurait pu produire un consensus. Mais les commentaires après le match de foot ont rarement du sens, maintenant je vais tenter de jouer le prochain match." 

Alexander De Croo (Open VLD) pointe l'attitude de la N-VA et son refus de voter le budget: "Je suis déçu car on n'a pas pu finir ce qu’on avait entamé. A quatre partis, ensemble, on avait un projet de budget avec des éléments forts. La N-VA a changé une deuxième fois d’avis sur le budget, après le pacte sur la migration. C'est dur de travailler comme ça. C'est dommage. C'est leur choix."

"Ecolo et Groen préféraient avoir le trophée de la chute du gouvernement"

Didier Reynders (MR) se montre dur avec l'opposition et sa volonté de déposer une motion de méfiance: "Il y a eu un choix de déposer une motion en disant: 'vous devez revenir dans 48 heures avec des mesures. La prochaine fois ce sera dans 10 minutes sur un jambe et les yeux fermés! C’est n’importe quoi. C'est vraiment un choix de dire qu'on ne veut pas travailler sur des mesures concrétés. Je ne comprends pas bien cette attitude. Le matin, on avait adopté un texte sur le climat, il fallait le traduire dans des actes. Mais manifestement Ecolo et Groen préféraient simplement avoir le trophée de la chute du gouvernement."

Le ton est le même chez Marie-Christine Marghem (MR), très remontée contre Ecolo: "Demander le matin le soutient du gouvernement pour une résolution (ndlr : sur les ambition climatique) et l’après-midi déposer une motion de méfiance, c'est particulier,voire  complètement fourbe.  Je note cette attitude irresponsable de la part de certains. Nous avons affaire à des gens qui n’ont pas le sens des responsabilités et le sens de l’Etat."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK