"Burden sharing": Bourgeois garde l'espoir d'un accord au gouvernement flamand

Un accord reste possible, espère Geert Bourgeois
Un accord reste possible, espère Geert Bourgeois - © Archive NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois garde bon espoir de voir les trois formations de la coalition qu'il dirige (N-VA, CD&V, Open Vld) s'entendre lors de la réunion du gouvernement flamand, vendredi, sur l'accord au sujet de la répartition de l'effort à produire par les différentes entités du pays en matière d'émission de gaz à effet de serre et de recours à l'énergie renouvelable, a-t-il indiqué en marge de la mission économique belge menée au Canada. Pour lui, on est toujours suffisamment dans les temps pour aboutir à une répartition avant le sommet de Paris.

Les trois partis flamands de son gouvernement ne sont pas sur la même longueur d'ondes au sujet de l'accord que la ministre flamande de l'Environnement Joke Schauvliege (CD&V) a conclu avec les représentants des autres entités fédérale et fédérées dans ce dossier.

La N-VA estime que la ministre chrétienne-démocrate a lâché trop de lest au détriment de la Flandre. L'Open Vld a des doutes, tandis que le CD&V considère que l'accord est équilibré, chacun ayant du mettre de l'eau dans son vin.

Pour Geert Bourgeois, ces trois partis peuvent arriver à un accord vendredi. "Dans cette coalition, nous avons jusqu'à présent toujours trouvé une solution. Chacun doit d'abord faire ses comptes. J'apprend aussi que la ministre fédérale Marie-Christine Marghem dit aussi qu'elle a des questions en ce qui concerne les chiffres. Cela doit être clarifié", a commenté Geert Bourgeois, interrogé à Vancouver.

"L'objectif doit être d'arriver à un accord équilibré intégrant une nécessaire solidarité entre les différents niveaux de pouvoir", a conclu le ministre-président flamand.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK