Budgets au fédéral, au régional, les communes tirent la sonnette d'alarme

CPAS
CPAS - © Olivier Hoslet (archives belga)

Conclave budgétaire au niveau fédéral, conclave budgétaire côté wallon et francophone, et pendant ce temps-là, du côté des communes et des CPAS, on rappelle qu'il sera difficile voire impossible de faire de nouveaux efforts.

Les CPAS sont de plus en plus sollicités et à l'avenir, on ne prévoit pas d'améliorations.

C'est comme un cri du coeur, pour Danièle Staquet, présidente du CPAS de La Louvière, pas question de revoir à la baisse, le fonctionnement des CPAS: "Ce serait complètement dément, complètement fou, complètement."

Et Danièle Staquet de rappeler le rôle actuel des CPAS: "On ne donne que le minimum aux personnes, on ne les aide qu'à survivre dans le fond. Ce qu'il faudrait faire, c'est plutôt renforcer le rôle des CPAS avec un peu plus de prévention notamment par rapport au surendettement et par rapport au fonds des énergies, même si on le sait déjà et aussi peut-être un renfort en personnel parce que nos assistants sociaux, ils croulent sous le travail puisqu'il y a de plus en plus de dossiers. Mais bon, on a des limites budgétaires et donc on ne sait pas engager comme on veut."

Dans le contexte du moment, Jean-Michel Javaux, Bourgmestre d'Amay, va plus loin encore. Pour lui, il est inimaginable d'encore demander aux Communes au sens large de faire plus d'efforts budgétaires: "Je crois que les niveaux régionaux et fédéraux savent très, très bien quand même que les Communes perdent les dividendes Dexia: augmentation. On ne sait pas l'inconnue sur la "politique", entre guillemets des pompiers, la politique de sécurité. La prime Copernic est pendante par rapport aux polices, perte de dividendes des intercommunales et besoins de plus en plus grands. A un moment donné, il faut se rendre compte qu'on ne sait pas "strongner" à fond tout le temps les mêmes ressources."

Les Régions et le Fédéral sont prévenus.

Marc Sirlereau

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK