Budget wallon: "Il faut diminuer ce côté cigale" selon Willy Borsus

Le chef de file de l’opposition MR au parlement wallon Willy Borsus est de ceux qui observent une tension extrême entre les partenaires de la majorité de l’Olivier: ces conflits "ont empêché le gouvernement de prendre des décisions" dit-il au micro de Bertrand Henne. Dans le dossier des certificats verts et du photovoltaïque, il faudra trouver une somme de 300 millions d’euros dans les prochaines semaines: "la Région wallonne devra apporter sa garantie pour cette somme qui sera empruntée par un tiers ; si cette garantie est activée", elle pèsera sur le budget wallon.

Concernant les discussions sur l’ajustement budgétaire de ces derniers jours, "alors qu’on s’attendait à un clash, le gouvernement a tout simplement reporté une bonne partie de l’obstacle (le budget 2014)", précise Willy Borsus. "Il est admis que l’endettement wallon a augmenté de 25% en l’espace de quatre ans ; on reporte sur les mois futurs et sur les générations futures une charge qui sera tellement pesante, au moment où nous aurons besoin de nos moyens pour redéployer l’activité wallonne".

Cinq points noirs

Pour le MR, on peut trouver des moyens en faisant des économies dans la fonction publique: il faut rationaliser au niveau des structures de l’administration wallonne. "Nous suggérons aussi de mettre un terme à toute une série de dépenses de communication. Deux à trois millions par an sont dépensées en campagnes de communication sur Wallonia.be. On doit exister à l’étranger mais, est-ce que vous pensez un seul instant que c’est la seule vision de ces cinq points noirs du logo wallon ou de Wallonia.be qui décide un investisseur de venir en Wallonie ? On décide d’investir en fonction d’une série de paramètres: le coût salarial, le coût de l’énergie, la localisation, l’accès à des services,… Pas en fonction d’une pub qu’on a vu dans un média quelconque" poursuit Willy Borsus.

Le MR wallon prône avant tout des "recettes indolores pour le citoyen wallon" et il cite la vignette autoroutière et la taxation au kilomètre des camions qui fréquentent le territoire wallon. "Cela existe en France, en Suisse ou en Autriche, pourquoi cela n’est-il pas possible en Belgique?" demande Willy Borsus.

Cigale

"Ne doit-on pas d’abord faire l’économie d’un certain nombre de dépenses, diminuer ce côté ‘cigale’ que j’ai si souvent rencontré au niveau wallon ? Et alors, en dernier recours, se tourner vers nos concitoyens, mais avec un discours transparent et franc" indique encore Willy Borsus.

Avec qui gouverner si le MR revient aux responsabilités après le scrutin de 2014 ? Il faudra d’abord observer les signes livrés par l’électeur, remarque Willy Borsus, puis "s’assoir autour d’une table, convenir d’un programme, d’un certain nombre d’objectifs et nous aurons tous et toutes un des rendez-vous les plus importants de notre histoire au niveau wallon. On ne peut pas préparer ce rendez-vous le déclinant déjà en exclusives".

A.L. avec B. Henne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK