Budget wallon: "Aucun moyen supplémentaire disponible" prévient A. Antoine

André Antoine, vice-président wallon et ministre du Budget
André Antoine, vice-président wallon et ministre du Budget - © RTBF

Le gouvernement wallon se réunit en séminaire pour examiner le budget. Il n'y a pas de moyens supplémentaires disponible, met en garde le ministre wallon du Budget interrogé par la RTBF.

Alors que le gouvernement wallon se penche sur le plan Horizon 2022 André Antoine, vice-président wallon et ministre du Budget souligne au micro de Bertrand Henne que "le plan Marshall a donné d’excellents résultats : l’écart de richesse entre la Flandre et la Wallonie est en train de se réduire considérablement". Mais il met en garde : "Il n’y a pas de moyens supplémentaires disponibles ; il faut donc faire le choix de ce qui est efficace. Et ce sur deux thèmes, me semble-t-il : d’une part la confiance des consommateurs et des entreprises, et d’autre part l’investissement et l’emploi".

"Tarir la source de l'emprunt"

La Wallonie s’est engagée vis-à-vis de l’Etat fédéral et vis-à-vis des institutions européennes à être à l’équilibre budgétaire en 2015, rappelle le cdH André Antoine : "L’année dernière, nous avons dû encore emprunter 732 millions d’euros. Cette année, nous allons en emprunter environ 460 millions. Cela veut dire que l’année prochaine, cela ne sera pas plus que 338 millions, et puis zéro. Nous devons tarir la source de l’emprunt. Il faudra donc réajuster les recettes et les dépenses et être davantage sélectif".

Convergence des réseaux

L’unicité progressive des réseaux scolaires pourrait-elle être une piste suivie par le plan Horizon 2022 ? Pour André Antoine, "la première exigence, c’est le niveau de qualité de notre enseignement. Qu’il y ait un travail de convergence dans les réseaux publics, le cdH y est prêt. Commençons par cela. Il faut aussi donner les mêmes moyens à tous les élèves entre le subventionné et l’officiel. Cela peut créer une émulation pédagogique et je pense que les parents sont très attachés à la liberté d’enseignement et de choix de leurs écoles. Donnons les mêmes moyens à chacun. Et veillons aussi à ce que la formation professionnelle puisse délivrer des attestations et des diplômes à l’identique de l’école, pour reconnaître l’effort des demandeurs d’emploi qui se sont mobilisés pour apprendre un métier".

"La parole utile"

André Antoine tient à rappeler l’importance de gérer la crise actuelle, qu’il résume en un slogan : "La parole utile et le choix du sérieux". Pour lui, il faut veiller à ce que les réformes décidées maintenant s’inscrivent bien dans les objectifs à relever à l’avenir. Malgré la proximité des élections, "aujourd’hui il ne faut pas séduire, mais davantage gérer. Evitons des promesses qu’on ne pourra pas tenir et choisissons davantage la parole utile", dit-il encore. La solidarité de la Wallonie avec Bruxelles est essentielle : "Tant que nous serons unis avec Bruxelles, nous les Wallons, nous maintiendrons la Belgique". 

A.L. avec B. Henne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK