Budget: "Si on avait écouté le MR, on n'en serait pas là" selon Louis Michel

Louis Michel dans le studio de Matin Première
Louis Michel dans le studio de Matin Première - © RTBF

Louis Michel était l'invité de Matin Première ce lundi matin. L'occasion de revenir sur la faillite de la Sabena avec celui qui était vice-premier ministre à l'époque. Mais les questions budgétaires ont également été évoquées, ainsi que la situation en Grèce et en Italie.

Il y a dix dans d'ici, la Sabena était déclarée en faillite. Louis Michel était alors vice-premier ministre du gouvernement de Guy Verhofstadt. "Un souvenir douloureux", "une crise historique", commente-t-il en évoquant les milliers d'emplois perdus et la disparition de ce fleuron belge. "On a du gérer un mauvais accord passé entre Swissair et la Sabena. Je reste intimement persuadé que la responsabilité de Swissair reste majeure dans cette affaire". 

Pour l'ancien vice-premier ministre, c'est clair, l'accord entre la Belgique et Swissair était totalement désavantageux pour la Sabena. C'est donc Swissair qui porte la plus grande part de responsabilité dans le "crash" de la Sabena. 

Budget: "Si on avait écouté le MR, nous n'en serions pas là"

Les discussions budgétaires ont également été évoquées dans le studio de Matin Première. Des discussions qui reprennent ce lundi mais qui s'éternisent. "Si on avait écouté la sagesse et la rigueur libérale, la vérité des chiffres -les chiffres de croissance étaient moins bons que prévu-, nous n'en serions pas là, nous n'aurions pas perdu tout ce temps" glisse Louis Michel.
 
Le libéral revient sur "l'attaque" en règle du vice-président du PS Philippe Moureaux envers Didier Reynders. Il se dit de plus en plus "surpris par les propos de Monsieur Moureaux; je trouve qu'il est dommage qu'un homme intelligent utilise son intelligence pour insulter et dénigrer". "Il devrait intégrer un peu plus de prudence et de respect des partenaires". En gros, si le PS veut arriver à des résultats avec d'autres partenaires que le MR, "il faut le dire" pose clairement l'invité de Bertrand Henne. Bref, Louis Michel en a marre.

Grèce: l'acte "courageux" de Georges Papandréou

Un accord pour une union nationale a été trouvé en Grèce. Accord pour un nouveau premier ministre et des élections anticipées et l'application du plan de sauvetage de la Grèce. Louis Michel souligne "l'acte de courage de Monsieur Papandréou" en renonçant à son poste de premier ministre. Il s'agit pour lui d'un signal envoyé aux marchés et aux partenaires européens. Un signal "déterminant", précise-t-il. 

Le départ de Silvio Berlusconi serait bon pour l'Italie

La question du renouveau politique en Italie a également été soulevée. "Il y a très longtemps que j'ai exprimé mon scepticisme et ma retenue par rapport à Monsieur Berlusconi", lance Louis Michel. Que Silvio Berlusconi parte ? "Ce serait bon pour l'Italie, pour l'Europe, pour les démocrates". 

AdC avec Bertrand Henne

Ecoutez l'entièreté de l'interview ci-contre
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK