Budget: le week-end a-t-il accouché d'une souris?

Budget: samedi a-t-il accouché d'une souris?
3 images
Budget: samedi a-t-il accouché d'une souris? - © BELGA PHOTO NICOLAS LAMBERT

La confection du budget 2013 a décidément bien du mal à décoller. Les moteurs vrombissent mais les discussions se poursuivent sur la longueur du vol et surtout sur les efforts à fournir par l'équipage. Quelles seront les recettes et les dépenses? La question reste entière.

Les discussions du Comité ministériel se sont interrompues ce dimanche soir vers 18 h 30. Les ministres se retrouveront lundi à 13 heures au Lambermont pour préparer la rencontre prévue à 15 heures avec les partenaires sociaux au 16 rue de la Loi. Le conclave budgétaire devrait ensuite reprendre vers 17 heures au Lambermont. Les discussions sur les dépenses primaires n'ont toujours pas été bouclées, c'est-à-dire qu'on n'en a pas encore terminé avec les discussions sur les économies de fonctionnement de l'Etat.

Sur quoi a-t-on avancé ?

Faut-il embarquer l'idée d'une augmentation de la TVA, d'un saut d'index ou revenir sur l'indexation des salaires? Où trouver les 500 à 600 millions supplémentaires provoqués par une croissance qui, en 2013, pourrait être non pas de 0,7%, mais de 0,3%? Un taux qui devrait être affiné par les instances internationales en début de semaine.

Il semble que les choses n'aient pas beaucoup avancé samedi, comme le soulignait la vice-Première PS Laurette Onkelinx: "Les préliminaires, c'est bien, mais il y a un moment où il faut conclure".

Laurette Onkelinx a rappelé ce qu'elle avait dit la veille, à savoir qu'outre le budget et la compétitivité, le gouvernement devait aussi prendre des mesures pour "moraliser le secteur bancaire".

A leur arrivée au Lambermont, d'autres vice-Premiers avaient clairement préparé une petite phrase pour les caméras. Steven Vanackere (CD&V) a répété à l'envi que pour son parti il ne suffit pas de faire le budget mais il faut "redonner l'espoir" en soutenant la compétitivité et l'emploi. Alexander De Croo (Open Vld) a répété moult fois qu'"aujourd'hui, il faut vraiment essayer d'avancer".

Pour le ministre du Budget Olivier Chastel (MR) on est "toujours dans les délais" mais le travail est difficile car il faut trouver 4 milliards d'euros. Il s'est refusé à donner un chiffre d'économies qui auraient déjà été engrangées "car ce serait réduire les chances d'y arriver".

"Il faut un budget le plus équilibré possible et si cela demande 4 jours de plus ce sera 4 jours de plus", a lancé Joëlle Milquet (cdH) tandis que Didier Reynders (MR) rappelait qu'il fallait faire "le plus d'économies possibles et puis envisager les autres mesures".

Si les discussions étaient qualifiées de "sérieuses" par certains, d'autres notaient qu'on n'avait "pas engrangé un seul euros de plus". Il y a notamment eu une longue discussion sur la fonction publique qui n'a cependant par permis d'aller au-delà de ce qui était prévu dans l'accord de gouvernement.

Tensions autour de la Défense

Après la réunion de samedi qui portait principalement sur les dépenses des ministères, la réunion de ce dimanche, qui a repris à 11h00, évoque les départements de la Défense et de la Coopération au développement.

Le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V) refuserait toute économie sur son budget, a-t-on appris. Pourtant, dit-on à bonnes sources, tout le monde autour de la table est d'accord pour que ce département fasse un effort de 150 à 200 millions d'économie. Le budget de la Défense est de 2,7 milliards d'euros.

Vu la situation difficile tout le monde doit faire des efforts, dit-on dans les milieux gouvernementaux. C'était d'ailleurs le message de plusieurs vice-premiers ministres à leur entrée au Lambermont.

Lorsqu'il est arrivé pour la réunion dimanche matin, Pieter De Crem, qui avait l'air particulièrement de mauvaise humeur, a fait remarquer que son département avait déjà fait de gros efforts: 800 millions d'économie et 1,2 milliard de réduction de dette.

Les travaux de  la semaine prochaine seront plus difficiles à organiser. Certains ministres ont des engagements et devront participer à des réunions de Commissions au parlement ainsi qu'aux séances plénières de jeudi.

Le dossier Dexia en point de mire

Le Premier ministre Elio Di Rupo et le ministre des Finances Steven Vanackere devraient aussi avoir un contact en début de semaine avec leurs collègues français pour le dossier Dexia qui reviendra inévitablement dans l'actualité.

Pas de budget voté avant 2013

Certains ministres évoquent la possibilité de boucler le budget le week-end prochain. Il sera alors sans doute trop tard pour encore le faire voter par le parlement avant la fin de l'année. Les textes ne pourraient être déposés qu'au début ou à la mi-décembre. Il faudra donc sans doute recourir aux douzièmes provisoires pour le début de l'année.

Michel Lagase avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK