Budget: "Mieux qu'en 2010", la demande du Roi à Leterme II

Le communiqué laconique du Palais confirme ce qui était dans l'air depuis quelques jours : le gouvernement en affaires courantes voit ses prérogatives élargies pour permettre à la Belgique de disposer d'un budget en bonne et due forme. Ce n'est donc pas -pas encore- la formule d'un gouvernement "provisoire" sur le mode du gouvernement de trois mois qui avait permis d'assurer la liaison après l'échec de l'orange bleue en 2007.

L'exercice sera périlleux puisque le gouvernement d'affaires courantes n'est pas investi de la confiance des chambres. Mais comme l'a rappelé le ministre des Finances Didier Reynders lundi matin sur notre antenne, le gouvernement dispose d'une majorité à la Chambre, globalement et dans le groupe linguistique francophone ; et la N-VA n'a pas exclu d'apporter son soutien de l'extérieur.

L'exercice 2010 semble se clôturer sur des résultats meilleurs que ce qui avait été anticipé, la Belgique réussissant même à faire mieux que les objectifs fixés dans le pacte de stabilité européen. Devançant le vu du souverain, Didier Reynders avait d'ailleurs ajouté lundi matin qu'il fallait "au moins faire aussi bien en 2011".

La peur des marchés ?

La préparation du budget sera donc réalisée par une équipe qui comprend les libéraux du nord comme du sud, mais ni la N-VA, ni les formations écologistes. Si la N-VA s'est dite prête à soutenir ponctuellement les mesures d'assainissement, d'autres partis sont plus réticents. Lors de l'émission Mise au Point ce dimanche, Paul Magnette, pour le PS, avait estimé qu'un gouvernement "provisoire" risquait de reporter les problèmes à plus tard. Tout comme Louis Tobback pour le sp.a. Le CD&V lui-même, dont est issu le Premier ministre Yves Leterme s'était toujours montré hostile à cette formule, jusqu'ici.

Jusqu'ici... Car les mises en garde régulièrement prononcées par les milieux économiques ainsi que la détérioration de la position de la Belgique sur certains marchés ont sans doute conduit les plus réticents à se rallier à cette formule. Le taux d'emprunt à dix ans sur le bon d'Etat belge a en effet augmenté lundi matin de 11 points de base, jusqu'à 4,23% tandis que l'écart entre les taux d'emprunt à dix ans de l'Allemagne et de la Belgique dépasse désormais les 140 points de base (1,4%), un record depuis l'instauration de l'euro.

"Préparer" le budget 2011

Dans une courte déclaration à la RTBF, Yves Leterme a explicité le communiqué de presse du Palais. Selon le Premier ministre, le Roi a demandé "de préparer la confection d'un budget 2011 et surtout de mener les pourparlers de telle façon que le solde net à financer soit en dessous de ce qui a été convenu avec les instances européennes. Grâce aux mesures qui ont été prises et à la croissance économique, je crois que c'est possible et c'est important." Est-ce un travail qui peut se faire dans les limites d'un gouvernement démissionnaire ? "J'entrevois des possibilités de faire le maximum sans devoir recourir à des mesures qui devraient être votées par le Parlement. Je vais faire une proposition concrète mercredi au cabinet restreint. J'espère que ma proposition sera approuvée après débat et accord des collègues."

Melchior Wathelet : c'est tout à fait possible et faisable

Il est tout à fait possible d'atteindre en 2011 des résultats budgétaires meilleurs que prévu, a indiqué le secrétaire au Budget, Melchior Wathelet, après la diffusion du communiqué du Palais royal.

"Nous y travaillons depuis un certain temps. C'est tout à fait possible et faisable, et le cdH est prêt à travailler dans cette approche", a-t-il expliqué lundi en marge de la réception de Nouvel-an de son parti.

Melchior Wathelet n'a toutefois pas voulu s'étendre sur les mesures que pourrait prendre le gouvernement pour y arriver.

"Tout dépendra du pouvoir laissé au gouvernement", a-t-il ajouté. Et de préciser: "Tout ce qui peut améliorer les résultats doit pouvoir être accepté".

Le secrétaire d'Etat a confirmé que les chiffres 2010 étaient meilleurs que prévu. L'ampleur du déficit budgétaire en 2010 devrait dès lors avoisiner les 16 milliards d'euros alors qu'il y a peu encore, le nombre de 22 milliards était cité. 

 

Thomas Nagant 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK