Budget: le gouvernement wallon doit trouver une centaine de millions d'euros

Budget: le gouvernement wallon doit trouver une centaine de millions d'euros
Budget: le gouvernement wallon doit trouver une centaine de millions d'euros - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

Le gouvernement wallon MR-cdH doit entamer ce jeudi le premier conclave budgétaire de 2018. Durant les 4 jours de négociations prévus, la majorité régionale devra trouver une centaine de millions d'euros alors qu'elle s'est engagée à ne pas lever de nouvelles taxes.

Si les paramètres macroéconomiques favorables (croissance, inflation) laissent entrevoir une amélioration des recettes, le dépassement de l'indice-pivot attendu en septembre indexera en effet certaines dépenses, des augmentations auxquelles s'ajouteront, entre autres, des corrections liées au fonds d'inspection automobile et aux infrastructures hospitalières, avait récemment expliqué le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR). "Je ne peux vous cacher que quelques mauvaises surprises sont à craindre pour l'ajustement et dégraderaient le solde wallon, à décisions inchangées", avait-il ajouté.

Pas de nouvelles taxes

Pour autant, le gouvernement ne devrait pas lever de nouvelles taxes. "Nous avons été très clairs au niveau de la majorité. Il n'y aura pas de nouvelles taxes, pas de nouvelles redevances, pas de nouveaux impôts. C'est un engagement", a répété ce jeudi le ministre wallon de l'Emploi, Pierre-Yves Jeholet (MR), sur les ondes de Bel RTL.

"La Région a trop longtemps vécu au-dessus de ses moyens. Il y a eu beaucoup de dépenses inutiles, de saupoudrage, de clientélisme. Aujourd'hui, nous devons d'abord réduire toute une série de dépenses et ne pas impacter, si ce n'est positivement, le porte-monnaie des citoyens", a-t-il ajouté.

Fin avril, le gouvernement wallon s'était mis d'accord sur une trajectoire de retour à l'équilibre de la Région à l'horizon 2020 qui se traduira, l'année prochaine, par un déficit maximal de 117 millions. Cette limitation du déficit ne passera toutefois pas par un effort supplémentaire demandé aux Wallons, avait assuré à l'époque le ministre-président wallon, Willy Borsus, en évoquant "un calcul objectif crédible qui se base sur une gestion des deniers publics wallons plus efficace et plus responsable".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK