Budget: le gouvernement fédéral espère trouver un accord avant le 21 juillet

Le gouvernement fédéral est entré dans la dernière ligne droite avant les vacances. Mais il y a quelques ornières sur la route. L'équipe réunie ce weekend au château de Val Duchesse à Bruxelles s'en est rendu compte.

Avant de partir en vacances, il faut décharger le coffre. Et il y a de lourdes valises. Ne parlons pas de la séance plénière assez chargée à la Chambre, mais des dossiers qui pèsent lourd.

Il y a le dossier du budget : 978 millions d'euros supplémentaires pour le budget 2015, et 782 millions pour le budget 2016.

A ce niveau, le gouvernement a bien tenu la route pendant le weekend. Les discussions auraient largement avancé.

En revanche, sur la route, il y a aussi un virage fiscal et le fameux dossier "tax shift", ce que Charles Michel n'a cessé de promettre autour de ce 21 juillet. Et il n'est pas facile à négocier. Il s'agit de faire glisser de la fiscalité sur le travail vers d'autres sources de revenus.

Une question qui divise fortement les partis de la coalition. N-VA , Open VLD et MR se montrent très tièdes. La N-VA agite ainsi l'incidence d'une telle réforme sur les prochains budgets. Le CD&V, en revanche, poussé par tout le mouvement chrétien, veut une vraie réforme. Ce qui veut dire une mise à contribution du capital.

Le CD&V propose d'y aller progressivement : taxer les secondes résidences, les loyers, ou encore une taxe sur la spéculation sur les actions. Tout qui achèterait des actions et les revendrait de trois à six mois après pourrait être taxé. Mais cela ne devrait pas beaucoup rapporter. le CD&V devra engranger beaucoup plus. Mais le pourra-t-il ? Les ministres se revoient aujourd'hui.

Côté Chambre, cap sur les vacances mais pas avant le 24 au soir. Trois séances plénières sont déjà prévues mercredi, jeudi, vendredi pour débattre et voter une série de projets de lois en attente, la résolution de la majorité sur le génocide arménien, la loi-programme, la pension à 67 ans, l'opposition espérant beaucoup de ses amendements revenus du Conseil d'Etat pour tenir encore quelque peu le crachoir. Sans oublier la traditionnelle séance de questions au gouvernement jeudi après-midi, il y a longtemps que l'on n'avait pas vu un tel entonnoir final parlementaire avec des sujets aussi brûlants, la ténacité de l'opposition y est précisément pour beaucoup.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK