Charles Michel défend son budget: "Nous sommes sur le bon chemin"

Lors de la traditionnelle séance de questions orales à la Chambre avancée à ce mercredi en raison du congé de l'Ascension, le gouvernement a été interpellé sur le Budget.

La Commission européenne a en effet rendu mardi ses prévisions économiques de printemps. Après avoir atteint 2,6% du PIB en 2015, le déficit public de la Belgique devrait augmenter à 2,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2016. Il se rapproche ainsi dangereusement de la règle des 3% en vigueur, note la Commission.

Elle se montre très critique sur les efforts fournis par la Belgique pour rendre le budget structurellement plus sain. Elle met ainsi en doute les revenus réels de la taxe Caïman ou le remaniement du gouvernement fédéral.

Mis en cause par l'opposition à la Chambre, le Premier Charles Michel a voulu relativiser, en rappelant que la Commission s'était déjà trompée précédemment sur les chiffres du déficit public. Il a cependant reconnu que "nous sommes confrontés à un point potentiellement délicat : notre endettement".

Des dizaines d’emploi sont en cours de création

Mais il n'a pas voulu remettre en question le travail de son gouvernement. "Ce gouvernement est au travail. Nous assumons nos responsabilités et sommes sur le bon chemin. Des dizaines d’emploi sont en cours de création. Nous avons dégagé 100 euros en moyenne pour les bas et les moyens salaires. C’est la réalité ! Le gouvernement travaille d'arrache-pied pour financer les pensions, les soins de santé".

"J'appelle chacun a être responsable, nous sommes confrontés à des moments difficiles, à la terreur, nous allons tenir le cap de l'assainissement budgétaire et des réformes pour l'emploi", a-t-il affirmé.

Et de noter: "Rendez-vous en juin, juillet pour le prochain exercice budgétaire. Nos allons tenir le cap".

Ne couvrez pas vos échecs avec les attentats !

Des réponses qui n'ont pas convaincu les députés d'opposition. "Quand allez-vous comprendre qu’on ne gère pas un pays comme une petite boutique. Quand entendrez-vous les travailleurs ? Ne voyez-vous pas que l’austérité imposée à nos citoyens est insupportable ?", a tonné Ahmed Laaouej, député PS.

"La Commission dit que le budget n’est pas en ordre. Mais le Premier dit qu’il continue sur le même cap, a dénoncé Kristof Calvo. Plusieurs personnes de la majorité disent que c’est dû aux attentats. Ne couvrez pas vos échecs avec les attentats !"

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK