Marie-Hélène Ska sur le budget fédéral: "Ce n'est pas avec cela qu'on va créer un emploi de plus"

Le gouvernement fédéral a l'intention d'étendre le système des flexi-jobs à d'autres secteurs que l'horeca. Ce projet irrite la secrétaire générale de la CSC Marie-Hélène Ska: "Lorsque vous êtes pensionné, c'est que vous l'avez mérité. Si votre pension est trop faible pour vous permettre de vivre dignement, alors renforçons les montants des pensions! Dire aujourd'hui que l'on va ouvrir des secteurs entiers, comme la distribution dans lequel l'emploi est déjà extrêmement précaire et où le self scanning devient la norme et dans lequel les étudiants sont déjà massivement présents, à des pensionnés qui viendront faire une concurrence supplémentaire, c'est se moquer du monde! Ce n'est pas avec cela qu'on va créer un emploi de plus. Cette généralisation de la flexibilité, cette impossibilité de combiner encore une vie professionnelle et une vie en-dehors du travail, c'est quand même une dérégulation massive du marché du travail".

La secrétaire générale de la CSC a d'autres raisons de s'inquiéter des projets du gouvernement Michel: "De moins en moins d'emplois sont soumis au versement de cotisations de sécurité sociale. Ces cotisations ne servent pas à faire joli dans la corbeille de la mariée! Elles servent à financer la protection sociale, le fait que vous êtes couvert lorsque vous êtes malades, que vous perdez votre emploi, de vous garantir un accès à une retraite. Si de plus en plus d'emplois sont exonérés de cotisations de sécurité sociale, la pression sur le système sera d'autant plus forte".

Discrimination entre ouvriers et employés

Le gouvernement va réduire à une semaine le délai de préavis applicable en cas de licenciement pendant les trois premiers mois du contrat de travail. Cela revient à réintroduire une période d'essai. Marie-Hélène Ska s'étonne que le gouvernement réintervienne sur le seul point sur lequel il y avait eu un accord en 2013 dans le cadre de l'harmonisation des statuts ouvrier et employé, "tous les autres dossiers liés à cette harmonisation sont en rade. Nous risquons d'être encore pendant 5 ou 10 ans avec une discrimination d'une catégorie de travailleur par rapport à l'autre. C'est assez lamentable d'en arriver là".

Y aura-t-il des actions syndicales à la rentrée? "Nous verrons. Je remarque qu'en matière de pensions nous allons vers des reculs et des montants importants qu'il reste à trouver. Il reste 596 millions d'euros à trouver d'ici la fin de l'année, cela reste une nouvelle épée de Damoclès sur le budget 2018".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir