Budget fédéral: Ecolo et le PS craignent le pire (réactions)

Ecolo a dénoncé samedi les choix politiques "irréfléchis" et "problématiques pour l'avenir" posés par les principaux ministres du gouvernement fédéral
Ecolo a dénoncé samedi les choix politiques "irréfléchis" et "problématiques pour l'avenir" posés par les principaux ministres du gouvernement fédéral - © Belga

Ecolo a dénoncé samedi les choix politiques "irréfléchis" et "problématiques pour l'avenir" posés par les principaux ministres du gouvernement fédéral en s'accordant vendredi soir sur les derniers textes devant concrétiser l'accord budgétaire intervenu cet été. Parmi ceux-ci, il y a les projets de loi relatifs à la réforme de l'impôt des sociétés, à la taxe sur les comptes-titres, aux 500 euros de travail occasionnel défiscalisés ainsi qu'au mécanisme de "cash for car".

"Malgré un tas de signaux au rouge ou à l'orange, la majorité fédérale a décidé (...) de persévérer dans la mise en oeuvre de mesures de son accord d'été qui sont, au mieux, incertaines d'un point de vue juridique et, au pire, budgétairement coûteuses et socialement déstructurantes", ont fustigé les écologistes francophones.

"A son image depuis le début de la législature, la majorité fédérale fait fi de tous les avis externes négatifs (Cour des comptes, Commission européenne, Conseil d'État, Conseil national du Travail, Conseil supérieur des Volontaires, ...) pour imposer des choix politiques à la fois irréfléchis et problématiques pour l'avenir", ont-ils ajouté, en étant sur la même longueur d'onde que leurs pendants flamands de Groen, qui parlent d'une "occasion manquée".

"Plutôt que d'admettre qu'il faisait fausse route, plutôt que de se mettre à l'écoute des organes de concertation et d'experts externes, plutôt que remettre l'ouvrage sur le métier, le gouvernement fédéral a décidé de mettre le pied sur l'accélérateur et d'avancer comme un train fou lancé dans le brouillard", a commenté le député fédéral Georges Gilkinet.

Ahmed Laaouej (PS) craint un "trou noir budgétaire"

Le gouvernement fédéral mène le pays vers un "trou noir budgétaire", a affirmé samedi le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej. "Je suis consterné par la façon de travailler du gouvernement", a-t-il déclaré à l'agence Belga, en accusant l'équipe du Premier ministre Charles Michel de "détricoter le droit du travail" sans tenir compte de la concertation sociale.

Le député d'opposition a dénoncé le fait que le gouvernement fasse fi "pour des projets qui ne tiennent pas la route" des avis du Conseil d'Etat - qui avait émis des objections sur l'allocation mobilité ou "cash for car", c'est-à-dire la conversion de la voiture de société en une somme d'argent -, et de celui de la Commission européenne, qui fait selon lui état d'un déficit plus important, à hauteur de deux milliards d'euros.

"Cela nous amène dans un nouveau trou noir budgétaire", a dénoncé M. Laaouej, en accusant le gouvernement de favoriser le dumping social par le biais de la mesure visant à défiscaliser une sommet de 500 euros par mois - soit 6.000 euros par an - pour le travail occasionnel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK