Budget des soins de santé 2020 : le syndicat médical se dit rassuré par la proposition de Maggie De Block

Maggie De Block a l'intention d'appliquer des mesures d'économie ciblées à l'industrie pharmaceutique.
2 images
Maggie De Block a l'intention d'appliquer des mesures d'économie ciblées à l'industrie pharmaceutique. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le syndicat médical, Absym, se dit "satisfait de la démarche de Maggie De Block", qui a dévoilé cette semaine les contours de sa proposition de budget de soins de santé pour 2020. L’organisation est rassurée par la volonté de la ministre de la Santé de ne toucher ni à la norme de croissance légale de 1,5%, ni à la masse d’indexation des honoraires.

L’industrie pharmaceutique en ligne de mire

Maggie De Block (Open Vld) a l’intention d’imposer des mesures d’économies exclusivement ciblées sur l’industrie pharmaceutique, secteur dont le budget a dérapé ces dernières années. "Il s’agit là d’un mécanisme de compensation logique et équitable qui avait d’ailleurs déjà été appliqué à d’autres secteurs ayant dépassé leur budget", salue l’Absym.


►►► Lire aussi : Le budget des soins de santé 2020 n’a pas été approuvé, le gouvernement s’est abstenu


Le syndicat regrette cependant que la proposition de la ministre "n’aborde pas la question de la petite marge de 101 millions d’euros que le Comité de l’assurance avait souhaité libérer pour de nouvelles initiatives. Financer ces dernières ne sera donc possible qu’au prix du sacrifice d’une partie de notre propre masse d’indexation".

"L’Absym reste attachée au modèle de concertation et souhaite prendre ses responsabilités dans le but de parvenir à un accord équilibré", ajoute-t-elle.

Le budget pourrait être approuvé le 22 novembre

Le budget 2020 des soins de santé pourrait être approuvé par le gouvernement d’affaires courantes lors d’un conseil des ministres le vendredi 22 novembre prochain.


►►► Lire aussi : quels problèmes concrets poserait un gouvernement en affaires courantes ?


La balle était revenue dans le camp du gouvernement après le rejet par le Conseil général de l’Inami de la proposition élaborée par les organismes assureurs (mutualités) et les prestataires de soin. Les représentants du gouvernement avaient empêché un vote favorable en s’abstenant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK